La violence envers les femmes augmente le jour de la Saint-Valentin

130

La fête de l’amour a aussi une part d’ombre : plus de cas de violence conjugale sont signalés le 14 février, affirme une étude canadienne.

Selon une étude de l’Université de Calgary (Nouvelle fenêtre), les cas de violence domestique au pays sont plus susceptibles de se produire à certains moments de l’année. De grands évènements sportifs, comme la Coupe Grey, mais aussi certaines dates symboliques, comme la Saint-Valentin, coïncident avec un plus grand nombre d’appels à la police pour violence conjugale.

La professeure derrière l’étude, Lana Wells, est catégorique : il existe un lien statistique significatif entre la Saint-Valentin et des taux plus élevés de violence domestique, affirme-t-elle en entrevue téléphonique.

Pendant des années, les refuges de la région de Calgary me disaient que les taux de violence augmentaient à certains moments de l’année, explique Mme Wells, dont l’étude a examiné plus de 70 000 appels à la police et aux lignes d’écoute pour les victimes de violence domestique sur quatre ans.

L’enquête a confirmé les observations des directeurs de refuges. Les taux de violence conjugale augmentent de 30 % la fin de semaine comparativement aux autres jours de la semaine. Les taux augmentent aussi l’été et durant certains congés comme la nouvelle année, la fête du Canada, Pâques et de 20 % pour la St-Valentin.

Lana Wells, l'une des responsables de l'étude sur la violence domestique, souhaite que les entreprises, les responsables d'évènements, les secours, les autorités et les Calgariens en général soient mieux éduqués pour répondre à des cas de violence familiale et ainsi les éviter. Lana Wells, l’une des responsables de l’étude sur la violence domestique Photo : CBC

Pour Lana Wells, ces résultats n’ont rien de surprenant. Ce n’est pas choquant. Nous savons qu’il y a une corrélation entre les moments, comme la St-Valentin, où nous nous retrouvons en famille ou avec notre conjoint, et la violence, dit-elle.

Une certaine proximité relationnelle présente un facteur de risque de violence domestique.

Lana Wells, professeure à l’Université de Calgary, Département de travail social

Catalyseur de violence?

Selon la directrice générale de l’Action ontarienne contre la violence faite aux femmes, Maïra Martin, ce constat ne signifie pas que la Saint-Valentin est un élément déclencheur de violence chez les agresseurs.

C’est pas la Saint-Valentin qui rend les hommes violents. C’est l’homme qui est violent et qui décide d’utiliser un évènement pour justifier sa violence.

Maïra Martin, directrice générale de l’Action ontarienne contre la violence faite aux femmes
La femme est interviewée sourit devant des drapeaux.Maïra Martin, directrice générale d’Action ontarienne contre la violence faite aux femmes Photo : Radio-Canada / Christian Milette

Une corrélation, selon Mme Martin, peut cependant être observée, surtout dans le cas où la violence domestique est un problème récurrent au sein d’un couple. Dans ces cas-là, les crises de violence, épisodes où l’agressivité atteint un point culminant, concordent avec des dates symboliques qui agissent comme catalyseur de la violence.

La Saint-Valentin, c’est la fête des amoureux. Ça peut être un moment, que ce soit pour la femme ou l’homme, de faire des reproches […] et cette date, symbolique, peut expliquer pourquoi l’on observe un phénomène de violence, avance la directrice.

La célébration peut également être récupérée par un agresseur pour justifier ses actes de violence : l’image de l’amour ultra romantique sera utilisée par un homme violent […] pour donner l’impression qu’il agit ainsi parce qu’il ressent trop d’amour, ajoute Mme Martin.

Ces évènements sont des déclencheurs d’une crise de violence. La violence, il n’y a qu’une seule personne qui en est responsable, c’est l’homme violent

Maïra Martin, directrice générale de l’Action ontarienne contre la violence faite aux femmes

Selon la travailleuse sociale Gisèle Harrisson, les hommes violents peuvent aussi choisir d’agresser leurs conjointes à un moment qui sera plus douloureux : si les gens pensent qu’au moins la Saint-Valentin sera un moment où il y a plus de paix dans la famille ou dans le couple, c’est aussi un bon moment pour faire mal à la femme.

Prévention

Une femme victime de violence conjugale.La violence entre partenaires intimes est près de quatre fois plus fréquente envers les femmes, selon Statistiques Canada Photo : iStock

Même si la connaissance d’un lien entre des évènements extérieurs et une augmentation de la violence est documentée, il demeure difficile pour les organismes qui viennent en aide aux victimes d’agir de manière préventive.

Si on remonte dans l’histoire, c’est le gouvernement qui a arrêté les fonds pour la prévention. Et si on enlève les fonds pour la prévention, on ne fait qu’attendre que les femmes soient violées ou battues pour lui offrir des services, explique Mme Harrisson, en ajoutant que les intervenants qui travaillent avec les femmes dans la communauté sont déjà épuisés de répondre à la demande.

C’est aussi ce que croit Maïra Martin. En Ontario, c’est difficile pour les maisons d’hébergement de se préparer en amont parce qu’elles sont toujours en surcapacité, affirme-t-elle.

Pour Lana Wells, la prévention ne devrait pas être le fardeau des refuges pour femmes. Ils sont déjà débordés. C’est plutôt notre responsabilité à tous, estime-t-elle.

Selon la professeure, cela passe par l’éducation et la sensibilisation. Elle suggère de promouvoir des relations saines, l’égalité des genres, une masculinité saine.

Mme Wells croit qu’il faudra s’attaquer davantage à la pauvreté, en plus de venir en aide aux enfants victimes de violence dès leur jeune âge. Et il faut se poser des questions sur la façon dont nous élevons les garçons et les hommes, ajoute-t-elle, rappelant que la grande majorité des victimes de violence conjugale sont des femmes.

Radio Canada

Laissez votre commentaire ici !