« La guerre des fesses » empêchée par la police

144

« La guerre des fesses », c’est ce concept « fou » qu’un maquis en vogue dans la capitale burkinabè (Major VIP) a mis en place pour exposer les femmes ayant un potentiel fessier énorme au cours d’une compétition. 14 au départ, 3 femmes se sont distinguées de par leur postérieur disproportionné. L’apothéose de cette fête devrait se tenir dans la nuit du 8 septembre pour désigner celle qui possède le plus gros « botcho » comme on aime bien le dire dans l’argot Ivoirien, parmi ces trois.

Aux environs de 21 heures 30 déjà, la foule avait rempli les lieux. Impossible de se frayer aisément un chemin devant le bar tant le maquis était plein comme un œuf.

A l’entrée, une longue file indienne à n’en point finir s’impatiente. Chacun voulant assister à la « célébration des grosses fesses », nonobstant la somme de 3000 FCFA qu’il fallait débourser avant d’avoir accès. A 22heures, plus de place à l’intérieur du maquis où nous sommes installés.

Au tour des tables, les jeunes femmes habillées à peine laissent entrevoir leur postérieur au grand bonheur des admirateurs. Chacune voulant se faire voir. La soirée s’annonce chaude. Des cris de chants et de joie fusent de partout comme si on attendait « le messie ». La boisson coule à flot.

Aux environs de minuit moins, le DJ de la partie annonce la présence de la police au Major VIP. Les clients sont priés de quitter la salle. Difficile pour eux d’accepter une action de la part des policiers. Malgré les protestations des uns et des autres, la « guerre des fesses » n’a finalement pas eu lieu.

La moto prévue pour la gagnante, et l’écran plasma et les autres cadeaux n’ont pas eu de destinataires.

Encore, l’honneur des femmes vient d’être sauvé de justesse. Jusqu’à quand les autorités pourront-elles tenir face à cette dégénérescence morale de notre société ? Il y a à peine quelques jours, le ministère en charge de la Promotion de la femme a dû taper du poing sur la table pour empêcher une fête du même genre.

Issa Karambiri

                                                                                                                                {loadmodule mod_facebooklike,Facebook Like}

Laissez votre commentaire ici !