La Fondation Lucie Kaboré solidaire des veuves

333

Célébrée depuis le 23 juin 2012 par la communauté internationale, la journée mondiale des veuves se veut une opportunité de promotion des droits de ces femmes qui sont le plus souvent marginalisées.

 

Au Burkina Faso, la Fondation Lucie Kaboré pour la promotion de la veuve et de l’orphelin s’active à faire de cette journée un moment d’échange avec toutes ces marginalisées

« Lorsqu’elle perd son mari, la femme ne devrait pas perdre ses droits. Pourtant, 115 millions de veuves vivent dans la pauvreté et 81 millions ont été victimes de violences physiques. Les filles mariées à des hommes beaucoup plus âgés sont particulièrement vulnérables », disait M. Ban Ki-moon, l’ancien Secrétaire général de l’ONU.

 

Une citation qui tient tout son sens quand on sait les conditions de vie dans lesquelles sont « plongées » ces femmes, une fois que leurs époux disparaissent.

 

Célébrée cette année en différé ce 24 juin 2017 à Koupéla, la Fondation Lucie Kaboré entend venir en aide à ces femmes à travers plusieurs activités. «Comme chaque année, plusieurs activités seront menées notamment le dépistage du cancer de col de l’utérus, dons de vivres pour soulager un peu ces femmes laissées pour compte », Alice Zoungrana/ Kaboré.

 

Venues de toutes les régions du Burkina Faso pour prendre à cette activité, ces femmes sont accueillies au siège de la Fondation à Ouagadougou afin de se rendre à Koupéla pour célébrer la journée qui leur est dédiée.

 

En rappel, la Fondation Lucie KABORE a été créée en 1974 sous le nom de regroupement des veuves de la Haute-Volta. Par la suite, elle a changé de dénomination pour prendre le nom actuel. Son objectif principal est d’œuvrer à l’épanouissement de la veuve et de l’orphelin. Elle intervient dans la défense des droits de celle-ci lorsqu’ils sont violés.

Assétou W. Maïga

Laissez votre commentaire ici !