Après de quatre ans, les koudou du Faso reprennent leur place d’évènement national de référence en matière de promotion de produits locaux. Le top de départ de cette foire a été donné ce 27 octobre 2017 à la maison du peuple en présence des personnalités et d’acteurs du monde agricole.

Les koudou du Faso, voici, un bel retour, une résurrection pour célébrer la diversité et l’excellence des mets locaux du Burkina Faso. La campagne cultivons initiée par Oxfam Burkina et ses partenaires, noue la ferme conviction que l’avenir de l’agriculture relève de la consommation et de la valorisation de nos produits locaux. C’est pourquoi selon le directeur pays de Oxfam, Omer Kaboré, « les koudou du Faso sont une activité phare s’inscrivant dans la dynamique de sensibilisation de masse des populations quant à la consommation des produits locaux, qui devrait permettre à toutes celles et ceux qui interviennent dans la chaîne, dans le secteur agricole de pouvoir bénéficier de cet élan de consommation ».

A travers ces éditions du Koudou, poursuit-il, les consommateurs seront davantage sensibilisés et l’accroissement de la consommation va constituer un levier pour la production. « Au-delà de la promotion des produits agricoles locaux, les koudou du Faso se veulent donc une contribution à la résolution de la récurrente équation de l’accès au marché ». A-t-il précisé.

Omer Kaboré, Directeur Pays de Oxfam

Ainsi, dans l’entendement des promoteurs de cette initiative, il s’agit d’un accompagnement à l’essor du secteur agricole sans lequel, il serait difficile de parler de progrès économique et social, car on ne saurait se développer sans une prise en compte de la majorité de la population que sont les acteurs du secteur rural.

Agathe Toné, représentante du parrain

Quant au parrain de cette cérémonie, le Directeur de Ecobank, représenté par Agathe Toné, ce parrainage a été accepté avec beaucoup d’intérêt en tant qu’institution financière et pionnière dans le secteur du financement agricole. Selon ses dires, le secteur agricole occupe plus de 80% de la population et nécessite un appui aussi bien du secteur public que du privé et cela passe par l’implication de tous et à tous les niveaux de la chaîne. « Il convient de rappeler en effet, qu’ Ecobank Burkina à travers le rachat en 2009 de l’ex BACB, Banque agricole et commercial du Burkina est aujourd’hui la banque la plus impliquée dans le financement du secteur agricole », a-t-elle précisé.

Le représentant du ministre de l’Agriculture et des ressources halieutiques, co-président de la cérémonie, Tinga Ramdé, pour sa part salue l’initiative. « J’allais dire que si les koudou du Faso n’existaient pas, il fallait les créer. C’est une vitrine de promotion des produits agricoles et des produits transformés locaux. Les koudou du Faso sont d’une grande importance pour booster le secteur rural ». De son avis, de plus en plus, des efforts sont faits au niveau des transformateurs et transformatrices pour produire davantage mieux en vue d’une consommation saine.

Tinga Ramdé, représentant du Co-parrain

Les koudou du Faso qui se tiennent du 27 au 29 octobre 2017, sont alors un vaste marché des produits alimentaires nationaux avec au programme une foire alimentaire et un concours d’art culinaire. C’est une manière d’interpeler les décideurs et les consommateurs à introduire davantage la consommation et la promotion des produits locaux dans leurs habitudes alimentaires. C’est aussi un tremplin pour valoriser le savoir-faire des femmes restauratrices et transformatrices du Burkina.

Visite de stands à l’issue de l’ouverture officielle

Assétou Maïga

Laissez votre commentaire ici !