Le Karaté Shotokam, une manière d’occuper les jeunes scolaires

266

En cette période de vacances scolaires, des enfants s’occupent par l’exercice du sport. Au plateau de sport du Lycée Newton sise à Dassasgho, filles comme garçons de 5 à 16 ans pratiquent le Karaté Shotokam les soirs, sur l’initiative de Izi Compaoré Karaté club.

 

Ils étaient une trentaine d’enfants environ lorsque l’envie nous a pris d’observer de près ces enfants tous mignons dans leur uniforme. Visiblement, ils s’y plaisent et suscitent l’admiration des passants. Disciplinés sont ces jeunes élèves et cela, se perçoit tout de suite dans la manière dont ils saluent leur maître. Une salutation qui se fait avec respect et politesse. C’est dans un langage codé que seuls les initiateurs comprennent que Maître Gérard Lankoandé s’adresse à ses élèves.

 

Le maître et ses élèves

 

Selon ce dernier à qui nous avons réussi à  arracher deux mots, bien qu’en plein travail, les enfants pratiquent du karaté japonais. « L’idée est de former les enfants en les amenant à aimer ce sport. Ils apprennent à se défendre et peuvent participer aux compétitions nationales comme internationales », a précisé le maître. C’est une activité pratiquée même pendant l’année scolaire à l’entendre, mais par manque de temps, certains parents préfèrent inscrire leurs enfants pendant les vacances.

 

« Je ressens une grande joie lorsque je vois mon enfant pratiquer le Karaté. J’ai voulu moi-même faire ce sport, mais je n’ai pas pu. Aussi en l’occupant ainsi, il regarde moins la télévision, apprend la discipline et fait des exercices physiques qui lui sont bénéfiques », explique fièrement Lirassé Fatouma, venue pour suivre les prestations de son fils de 6 ans.

Hormis le fait que cette activité sportive occupe ces tous petits, elle les éloigne de certains vices et peut être même le début d’une brillante carrière pour certains.

Assétou Maiga

 

Laissez votre commentaire ici !