Le 20 MARS dernier le monde a célèbré la journée Internationale sans viande. Si cette journée a fait beaucoup parler d’elle dans plusieurs pays développés, notamment aux USA, en France, au Canada, etc cela n’est pas le cas au niveau du Burkina.

 

 

Très peu de personnes,  connaissent l’existante de cette journée. La preuve est que l’abattoir va servir la viande à ces clients comme d’habitude. Saidou Compaoré, boucher du marché de Kaatr Yar : « nous ignorons l’existence de cette journée, je n’ai jamais entendu parler de cela. On s’en fou de ces histoires que le blanc vient nous imposer. On cherche notre argent et c’est tout.

 

4 sur 5 personnes rencontrées de de la ville de Ouagadougou n’ont pas encore entendu parler de cette journée. Pour la plupart d’entre eux, la commémoration de cette journée est inopportune. D’ailleurs soutient saidou le boucher, « Ce n’est pas tout le monde qui peut en avoir donc laisser ceux qui ont les moyens de consommé manger leur viande quand ils veulent ».

 

Certes la viande demeure un luxe pour bon nombre de familles au Burkina Faso. Mais Ouagadougou est devenu une ville de grande consommation de viande notamment la grillade. A côté de ceux qui ne gagnent un morceau de viande que les jours de fêtes, il y a ceux en consomme en accès.

 

La viande est même devenue le plat de base proposé dans les restaurants et maquis qui pullulent dans la ville. D’où la recrudescence de l’obésité et de certaines maladies comme la goutte et les cancers, selon Dr Joëlle Tiendréobéogo, rhumatologue à l’hôpital Yalgado Ouédraogo.

 

C’est dire donc qu’il y a lieu de commencer à sensibiliser sur les dangers de la consommation de la viande, notamment la viande rouge. Et la Journée internationale sans Viande offre une belle opportunité pour cela.

 

La journée internationale sans viande existe depuis 1985. Elle a instituée à l’initiative de l’association américaine FARM qui milite pour une alimentation sans viande et se propose de lutter pour le respect desanimaux, la préservation de la planète et l’amélioration de la santé humaine.Ses actions sont relayées en France par International campaigns, qui n’est autre que la plate-forme militante contre la vivisection et pour les droits des animaux.

Aminata Gansonré

Laissez votre commentaire ici !