La 25e journée mondiale de la liberté de la presse et le 20e anniversaire du Centre national de presse Norbert Zongo (CNP-NZ), ont été célébrés concomitamment ce jeudi 03 mai 2018 à Ouagadougou en présence d’imminentes personnalités de la presse.

Si la communauté internationale célèbre la liberté de la presse sous le thème « médias, justice et État de droit : les contrepoids du pouvoir », au niveau national, les acteurs de la presse placent aussi cette journée sous le signe « CNP-NZ, 20 ans au service de la liberté d’expression et de la presse ».

Il s’agit d’une halte selon Boureima Ouédraogo, Président du Comité de pilotage du CNP-NZ  de  statuer sur les enjeux et défis au niveau des médias au Burkina. A l’entendre, cette 20e bougie que souffle le centre national de presse est un moment solennel en ce sens qu’il constitue « un cadre fédérateur du combat pour l’encrage de la démocratie et de la liberté de la presse ». Il a par ailleurs rendu un vibrant hommage aux hommes et femmes de médias du Sahel qui sont exposés aux attaques terroristes.

Saluant à plus d’un titre cette célébration, cadre par excellence d’expression de la liberté de la presse, le ministre en charge de la communication, Remis Fulgence Djandjinou affirme que le thème retenu au niveau international sous-entend un rapprochement entre médias et acteurs de la justice, qui malgré la lourdeur des tâches qui incombe à chacun, doivent collaborer de façon structurelle pour éviter les tensions entre justice et médias.

« Nous avons une presse qui use de sa liberté d’expression et la liberté de la presse burkinabè est considérée comme la 48e dans le monde, la 1ère en Afrique francophone et la 5e en Afrique. Mais il y a un contexte juridique environnemental qu’il faut travailler.  C’est la question de l’accompagnement au niveau  économique des médias, il y a un environnement juridique et fiscal à créer pour cela. Il y a aussi la question de la loi d’accès aux documents administratifs et la question de l’opérationnalisation du financement de la presse privée qui reste aujourd’hui comme un serpent de mer de la transition à 2015 et depuis là, nous avons des difficultés à l’opérationnaliser », a-t-il relevé.

 

Prix de la meilleure journaliste 2018 du CNP-NZ,  une innovation apportée cette année

Habibata Wara, meilleure journaliste CNP-NZ 2017

C’était également l’occasion de lancer officiellement le prix de la meilleure journaliste pour récompenser les meilleures productions des professionnelles. L’innovation cette année, est que le prix va récompenser les meilleures dans les catégories radio, télévision et presse écrite d’une valeur de 500 mille FCFA et récompenser la meilleure de toutes les catégories d’un montant d’1,5 millions de FCFA. Les genres concernés sont le reportage, l’interview et l’enquête. Les œuvres soumises doivent avoir été publiées entre le 03 mai 2017 au 03 mai 2018. La date limite de dépôt est fixée au 30 septembre 2018. La lauréate de 2017, Habibata Wara de Carrefour Africain, a invité vivement ses sœurs à l’aventure.

Les activités prévues dans le cadre de cette célébration de 2018 sont des panels entre autres sur les 20 ans du CNP-NZ, la présentation du rapport sur l’état de la liberté de la presse 2017 et un tournoi de football opposant les équipes de la presse à celles de la justice et des Forces de Défense et de Sécurité.

Assétou  MAIGA

Publicités