Comédienne de théâtre et de cinéma, Naky Sy Savané n’est plus à présenter dans l’univers du cinéma africain. Elle a tourné avec les plus grands réalisateurs africains. Une carrière qui débute avec  »Bal Poussière » d’Henri Duparc et progressivement, la comédienne ivoirienne va jouer dans des longs métrages et dans des films de télévision. Elle obtient des prix de distinction féminine et fière aujourd’hui de vivre l’éclosion du cinéma africain. Mais Naky Savané n’est pas que comédienne, elle est une vraie activiste. Interview.

Naky Savané est-elle féministe ?

Oui, je suis féministe. Je suis comédienne et activiste. J’appartiens à une grande organisation, la marche mondiale des femmes, qui milite pour la promotion des femmes. Je vais à la rencontre des femmes et j’apprécie le travail qu’elles font pour s’épanouir et pour leur indépendance économique.

un hommage a été rendu à Mme Salambéré, ce qui nous a vraiment réjouis en tant que femme

Vous êtes au Burkina pour le cinquantenaire du Fespaco, quelles sont vos impressions ?

Elles sont bonnes. Je viens de voir les plus anciens, ceux-là même qui étaient à la base du Fespaco, les gens de la génération de Sembène Ousmane. Le Fespaco a fait un effort pour inviter tous ces anciens, un hommage a été rendu à Mme Salambéré, ce qui nous a vraiment réjouis en tant que femme. Aussi, au niveau du jury, il y a un effort qui a été fait, il y a beaucoup de femmes dans le jury cette année. C’est une grande innovation que je salue, parce que gérer un festival, c’est beaucoup de travail.
Par ailleurs, je suis là aussi parce que j’ai un festival à Abidjan qui s’appelle le Festilag, le festival international du film des Lacs et Lagunes qui se passe à Abidjan, pour redynamiser le secteur du cinéma de mon pays, parce que le Fespaco a aussi des petits enfants qu’il soutient. C’est un festival généraliste où il y a des courts métrages, des longs métrages, des documentaires et se tient en novembre prochain. C’est donc normal que nous soyons là pour apprendre à côté du Fespaco.

Quant au thème retenu ‘’mémoire et avenir des cinémas’’, je dirai que c’est bien. Pour savoir où partir, il faut savoir d’où on vient, donc la mémoire c’est quelque chose de très importante.

Est-ce qu’il y a un film dans lequel vous jouez qui passe ?

Non, Je n’ai pas de film cette année.

Femme et cinéma, la barrière se casse-t-elle facilement ?

Femme déjà c’est difficile, partout où elle est, elle est obligée de faire deux fois plus. Pour venir au cinéma, il faut qu’elle soit courageuse, parce qu’il y a beaucoup de jugements qu’on fera sur elle. C’est pourquoi, il lui faut avoir un objectif.

Naky Savané, une fierté du cinéma africain, disent certains. Qu’est-ce que ça vous fait ?

Ça me fait beaucoup de plaisir et je suis honorée et fière si on dit ainsi de ma petite personne.

Assétou Maïga

Laissez votre commentaire ici !