Jacqueline Sauvage où 47 ans d’enfer conjugal

234

François Hollande a accordé une « remise gracieuse » de peine à Jacqueline Sauvage, cette femme condamnée à 10 ans de prison en appel pour le meurtre de son mari violent. Jacqueline Sauvage, ainsi que ses 4 enfants ont subi les viols et les violences de son mari Norbert Marot pendant 47 ans. Le président de la République, précise le communiqué de l’Élysée, « a voulu, face à une situation humaine exceptionnelle » en rendant « possible, dans les meilleurs délais, le retour de Mme Sauvage auprès de sa famille, dans le respect de l’autorité judiciaire. »  

François Hollande a accordé une « remise gracieuse » de peine à Jacqueline Sauvage, cette femme condamnée à 10 ans de prison en appel pour le meurtre de son mari violent. Jacqueline Sauvage, ainsi que ses 4 enfants ont subi les viols et les violences de son mari Norbert Marot pendant 47 ans. Le président de la République, précise le communiqué de l’Élysée, « a voulu, face à une situation humaine exceptionnelle » en rendant « possible, dans les meilleurs délais, le retour de Mme Sauvage auprès de sa famille, dans le respect de l’autorité judiciaire. »  En effet, la cour d’assises d’appel de Blois avait la semaine dernière Jacqueline Sauvage à dix ans de réclusion criminelle pour avoir tué son mari, en 2012, de trois coups de fusil.

Cette demande de grâce a été soutenue par de nombreuses personnalités de tous bords politiques.

Au-delà de la grâce, des voix s’élèvent, comme celle de la députée Valérie Boyer, pour réclamer une légitime défense différée pour les femmes battues. L’élue des Bouches-du-Rhône entend déposer un projet de loi qui prendrait en compte « le syndrome de la femme battue, qui explique pourquoi ces femmes restent avec des hommes violents ». Ce n’est pas un « permis de tuer », mais dit-elle, la possibilité de juger, dans ces cas tragiques, qui est vraiment victime et qui est vraiment coupable 

Au cours de son procès, même les voisins l’ont remerciée : « Vous nous avez rendu service. On est tranquilles. » Des voisins, eux-mêmes effrayés par la violence de cet homme, qui savaient que sa femme était battue comme plâtre. Entre 2007 et 2012, Jacqueline Sauvage serait allée quatre fois aux urgences, sans que personne ne puisse agir.

Laissez votre commentaire ici !