Jacqueline Ki-Zerbo, la femme avec F majuscule n’est plus

160
*****

Jacqueline Ki-Zerbo, la veuve du célèbre historien burkinabè Joseph Ki-Zerbo, appelée « héroïne des années 60 » est décédée ce 15 décembre à Ouagadougou à l’hôpital Blaise Compaoré à 81 ans. Jacqueline Ki-Zerbo est décrite par beaucoup de personnes comme « une femme très talentueuse, une femme de rigueur ayant de l’amour, pour l’éducation de la femme » Mère éducatrice, elle a contribué à la formation de la première génération des filles lettrées du Burkina Faso, estimées à environ 4000 filles dont Alice Tiendrébeogo, Adèle Ouédraogo, Odile Nacoulma, Amina Mousso Ouédraogo.

Jacqueline Ki-Zerbo, la veuve du célèbre historien burkinabè Joseph Ki-Zerbo, appelée « héroïne des années 60 » est décédée ce 15 décembre à Ouagadougou à l’hôpital Blaise Compaoré à 81 ans. Jacqueline Ki-Zerbo est décrite par beaucoup de personnes comme « une femme très talentueuse, une femme de rigueur ayant de l’amour, pour l’éducation de la femme » Mère éducatrice, elle a contribué à la formation de la première génération des filles lettrées du Burkina Faso, estimées à environ 4000 filles dont Alice Tiendrébeogo, Adèle Ouédraogo, Odile Nacoulma, Amina Mousso Ouédraogo.

C’était une femme engagée et une véritable panafricaniste qui a été dans toutes les grandes luttes africaines de l’époque, au côté de son époux. Comme on aime le dire, derrière un grand homme se trouve une brave femme. En effet, battante, elle l’était si bien que Maurice Yaméogo l’avait appelé femme avec F majuscule.

Jaqueline Ki-Zerbo est une syndicaliste née. Son père feu Lazare Coulibaly a été un grand syndicaliste et membre du Bureau politique du RDA. A la faveur de l’indépendance de la Guinée et l’appel de Sékou Touré, Jacqueline n’hésite pas à suivre son époux pour aller prêter main forte à ce pays. Jacqueline Ki-Zerbo a été membre fondateur de l’Entraide féminine voltaïque. Il s’agit d’une organisation au sein de laquelle elle a beaucoup milité en faveur de l’émancipation des femmes.

L’histoire veut qu’on retienne que, le 3 janvier 1966 (date de la chute du président Maurice Yaméogo), elle n’a pas hésité à prendre la tête d’un cortège de femmes pour marcher sur la présidence aux côtés des élèves pour demander le départ du président Maurice Yaméogo.

Femme déterminée, Jacqueline Ki-Zerbo est faite Commandeur de l’Ordre national par le grand chancelier, Mamadou Djerma le 29 mai 2015. Jacqueline rejoint donc 6 ans après, son tendre époux et son compagnon de lutte Joseph ki-Zerbo. Adieu maman Africa !

 par Kinda

Publicités