Burkina Faso : Des femmes lancent une vaste campagne de sensibilisation digitale sur la cohésion sociale et le vivre ensemble

 

Initiatives Femmes, Paix et Sécurité est un projet qui a été dévoilé au public ce 09 septembre 2022 à Ouagadougou. L’objectif est de lancer une vaste campagne de sensibilisation sur la cohésion sociale et le vivre ensemble. La présente cérémonie est une tribune pour lancer un appel à tous les fils et filles du Burkina Faso à se mobiliser pour la paix et la cohésion sociale.

 

 

« Le Burkina Faso a besoin de paix et la paix a besoin de ses filles et fils Burkinabè »,  c’est  le message qu’a fait passer Martine Yabré, Coordonnatrice du Cadre de concertation des organisations et acteurs intervenant sur le genre et la participation citoyenne des femmes.

 

Pourquoi  « Initiatives, FemmeS, Paix et Sécurité « ?

L’on se souvient il y a environ un mois,  le 4 août dernier, un groupe de femmes et de jeunes filles venues des 45 provinces du Burkina avait pris l’engagement devant le Président du Faso et la Ministre du genre et de la famille de faire de la recherche et la consolidation de la paix. Cette cérémonie de lancement en est la concrétisation. L’un des grands axes de ce projet est une vaste campagne de sensibilisation digitale sur la cohésion sociale, le vivre ensemble et la paix.

Lire aussi : Situation nationale : Martine Yabré lance un appel aux nouveaux dirigeants

Prévue pour mobiliser directement 400 jeunes filles et 100 femmes, l’engouement a été fort. L’effectif a été triplé. Au nombre de 1500, elles participeront comme sensibilisatrices sur une période de 478 jours. La campagne va nécessiter 717.000 vignettes. Le comité d’organisation espère toucher au moins 5 millions de personnes à la date du 31 décembre 2023.

Selon Martine Yabré, 144 femmes ont réfléchi sur des propositions de messages de paix et de cohésion sociale. Ces messages s’inspirent des différentes résolutions du conseil de sécurité des Nations-Unies et de la convention sur l’élimination de toutes les formes de discriminations à l’égard des femmes (CEDEF).

 

Une cinquantaine de messages vidéo sur la paix et la cohésion sociale aussi bien en français qu’en langues nationales, portés par des femmes et jeunes filles de la région des Hauts bassins, du Centre Ouest et du Centre contribuera à l’atteinte des objectifs.

 

Dans son propos, la coordonnatrice du cadre de concertation a mentionné entre autres, la mise en place d’un répertoire de femmes, de jeunes filles et  garçons en médiation des conflits, en recherche de la paix et en renforcement de la cohésion sociale. Un autre répertoire des organisations de la société civile intervenant dans la mise en œuvre de l’agenda femmes, paix et sécurité au Burkina Faso sera élaboré. 45 grandes conférences et 13 mégas conférences nationales sur Femmes, Paix et Sécurité seront organisées.

 

Un soutien qui encourage

Nombreuses sont les artistes musiciennes venues apporter leur soutien à ce projet. Elles sont de l’association burkinabè des femmes artistes musiciennes (ABFAM). En effet, elles ont chanté « L’hymne à la paix », pour la paix et la sécurité au Faso, pas un pas sans la femme. Un titre plein d’émotions qui n’a pas laissé indifférent le public notamment Salimata Nébié Conombo, la ministre du genre et de la famille.

Séduite par cette chanson, elle a pris l’engagement de donner le flambeau au ministère des Affaires étrangères pour produire « L’Hymne à la paix ». Elle a en outre promis de mobiliser avec l’appui de son département, une grande partie des ressources financières nécessaires pour la réalisation des activités prévues.

A gauche, Karamoko Jean Marie Traoré, ministre délégué auprès de la ministre en charge des affaires étrangères. Au centre, La ministre en charge du genre Salimata Conombo Nébié. A droite, la ministre en charge de la transition digitale, Docteure Aminata Zerbo Sabané.

 

La ministre en charge  de la transition digitale Docteure Aminata Zerbo/Sabane  n’est pas restée en marge de cet élan de solidarité. Elle a promis à son tour une formation électronique à toutes les responsables d’organisations de la société civile (OSC).

 

Initiatives Femmes, Paix et Sécurité a bénéficié du  soutien financier du Fonds Commun Genre, à travers l’ONG Diakonia.

 

En rappel, la cérémonie est placée sous la présidence d’Olivia Ragnaghnewendé Rouamba,  Ministre des affaires étrangères, de la coopération régionale et des burkinabè de l’extérieur.

 

Françoise Tougry

Abdoulaye Ouédraogo Stagiaire

https://queenmafa.net/wp-content/uploads/2018/04/Bannie%CC%80re-QUEEN_1000x150px.jpg

Laissez votre commentaire ici !