«Il y a une absence notoire de présence de la femme dans la construction de l’humanité et dans l’église », Père Jean Paul Ouédraogo.

556

En marge de la célébration de la journée du 8 mars, l’église Notre Dame des Apôtres de la Patte d’oie de Ouagadougou a abrité ce mercredi 7, une conférence publique sous le thème” Rôle de la femme dans le dessein de Dieu”. A la demande du curé de la dite paroisse,  le religieux camélien Père Jean Paul Ouédraogo, responsable de la pastorale familiale a animé cette conférence à l’endroit des femmes catholiques et des participants de la paroisse.

« Parler du rôle de la femme dans le dessein de Dieu est immense et  assez complexe. Mais, on retient quand même 4 grands axes », a précisé Père Jean Paul Ouédraogo dès l’entame de la conférence.

Tout d’abord, la marche vers la reconnaissance de l’identification et l’égalité entre l’homme et la femme est un long chemin à parcourir. Il y a même eu l’interprétation de certaines majestés.  Les papes dans leurs exhortations ou dans leurs écrits ont tenté de sensibiliser l’église et le monde contemporain à offrir un cadre d’expression à la femme.

Père Jean Paul Ouédraogo, responsable de la pastorale familiale

Son identité est telle que, sa réflexion est tout autre que l’homme. C’est en lui permettant d’exprimer sa contribution que la société et l’église pourront se réaliser pleinement comme Dieu l’a voulu. Par contre, il y a une absence notoire de présence de la femme dans la construction de l’humanité et dans l’église.

« La Vierge Marie  est l’exemple de la contribution de la femme dont attend l’église », a souligné Père Jean Paul Ouédraogo.
Ensuite, la mission de la femme est remarquable au niveau de l’évangélisation, l’annonce de la bonne nouvelle. La première évangélisation qui se faisait au temps des colons reposait sur le pouvoir pratiquement. C’est à dire la dimension  masculine.

L’évangélisation en tant que telle est féminine. Son annonce exige une particularité, celle du terrain de l’accueil, de la patience, de la douceur. Et la femme accueille la vie, elle porte la vie. Ce qui explique pourquoi on attend beaucoup de la femme.

Puis, au plan liturgique, on note la beauté de la célébration à travers la décoration, l’embellissement, la chorale, l’entretien, la propreté, etc.
Enfin, au plan spirituel et intellectuel, elle sait accueillir la parole de Dieu et la transformer. Elle participe à l’éveil, la croissance de la société et de la communauté chrétienne.

Intellectuellement, elles semblent faibles. Mais, au niveau de la réflexion, la sienne est profonde. Elle a une manière de saisir le mystère plus que l’homme. Et lorsque la femme fait une analyse, elle en fait l’étude en même temps. En plus de la raison, elle est très intuitive.

À cette conférence, les femmes sont sorties massivement. Les hommes qui n’ont pas voulu rester en marge de ces échanges sont venus soutenir l’autre moitié du ciel. Désormais,  la femme doit prendre son courage et se libérer de ce que les hommes peuvent penser ou dire d’elles, comme étant un objet de plaisir ou de jouissance.

“Il est important qu’on en arrive à s’intéresser de près à ce que la femme est, dans son cœur, dans son âme, dans son esprit et surtout dans sa capacité de collaboration”, à indiqué le conférencier.                                                                                         

                                                                                                               Françoise TOUGRY (Stagiaire)

Cinq phrases marquantes du Pape François.

1.”Les femmes ont été les premières à croire en la résurrection du Christ”.
2.” La femme est la plus belle chose que Dieu ait créé”.
3. “Les femmes sont comme des fraises sur un gâteau. Il en faut toujours plus”.
4. “Je suis convaincu de l’urgence d’offrir des espaces aux femmes dans l’église”.
5.” Un monde où les femmes sont marginalisées est un monde stérile”

https://queenmafa.net/wp-content/uploads/2018/04/Bannie%CC%80re-QUEEN_1000x150px.jpg

Laissez votre commentaire ici !