Guatemala: ce pays où 14 fillettes tombent enceintes chaque jour

122

Etre une fille au Guatemala était déjà compliqué avant l’arrivée du coronavirus. Mais le risque de se retrouver victime de violences sexuelles n’a fait qu’augmenter avec la pandémie.

 

Selon les données de l’Observatoire des droits de l’enfant, au moins 5 133 filles âgées de 10 à 14 ans sont tombées enceintes l’année dernière dans ce pays d’Amérique centrale. C’est une moyenne de 14 par jour.

Et l’observatoire du coordinateur institutionnel pour la promotion des droits de l’enfant (Ciprodeni) a également enregistré 111 216 grossesses chez les jeunes de 15 à 19 ans. Cela équivaut à plus de 12 grossesses d’adolescentes par heure, dont la grande majorité est également attribuable à des violences sexuelles, comme le souligne le secrétaire exécutif de Ciprodeni, Otto Rivera.

« Selon la loi contre la violence sexuelle, l’exploitation et la traite des personnes, le fait d’avoir des relations sexuelles avec toute personne de moins de 18 ans est classé comme un viol », explique M. Rivera. « Et dans le contexte de la pandémie, ce type de crime est encore plus grave », assure-t-il à BBC Mundo.

Multiplié par trois

Jusqu’en juillet de cette année, les chiffres de Ciprodeni montrent 2 289 grossesses chez les filles de 10 à 14 ans et 51 548 pour le groupe d’âge de 15 à 19 ans. Alors que l’Observatoire de la santé de la reproduction (OSAR) comptait déjà 77 847 grossesses d’enfants et d’adolescents au 16 septembre. Le confinement – qui, selon M. Rivera, expose davantage de mineurs à des risques accrus – peut néanmoins avoir affecté la détection de nombreuses autres grossesses, de sorte que les chiffres réels pourraient être plus élevés.

Mme Ciprodeni, par exemple, affirme avoir déjà constaté une réduction du nombre de rapports sur les violences domestiques au cours des derniers mois. « Dans le même contexte de la pandémie, le nombre d’affaires a augmenté, mais en même temps le nombre de plaintes a diminué parce que les tribunaux n’ont pas fonctionné à leurs heures habituelles », dit Rivera.

Et le secrétaire exécutif du coordinateur partage également une hypothèse de travail qui rend encore plus évidente la gravité du problème de la violence sexuelle contre les enfants et les adolescents guatémaltèques. « A Ciprodeni, nous estimons que seule une fille ou une adolescente sur trois qui est abusée ou violée tombe enceinte », dit-il à BBC Mundo. « En d’autres termes, ce n’est pas que 77 847 filles et adolescentes ont été abusées ou violées jusqu’à présent cette année. Nous devons multiplier cela par trois », suggère M. Rivera.

« Des vies silencieuses »

Ces chiffres expliquent pourquoi la chercheuse Ana Lucía Ramazzini du Flacso Guatemala qualifie le problème de « nouvelle épidémie ». Mais Ramazzini souligne également l’impact biologique, social et psychologique que cette violence, et les grossesses qu’elle engendre, ont sur les filles et les adolescentes. Au cours de leurs recherches en 2015, par exemple, neuf adolescentes enceintes sur dix interrogées ont déclaré avoir cessé d’étudier et de participer à des espaces d’organisation communautaire. Et plus récemment, Mme Ramazzini a coordonné une recherche sur la relation entre les grossesses non désirées et les suicides au Guatemala, un problème qui, selon elle, ne reçoit pas l’attention qu’il mérite.

Selon le sociologue guatémaltèque, il n’existe pas de chiffres fiables sur le sujet dans le pays, car « lorsqu’une femme en âge de procréer arrive morte, on ne lui fait pas passer de test de grossesse. Le chercheur a cependant pu établir qu’en 2017, la moitié des suicides d’adolescentes dans le département d’Alta Verapaz concernaient des femmes enceintes. Alors que dans des pays comme le Salvador, une étude de 2006 a révélé que le suicide était la troisième cause de mortalité maternelle, en particulier chez les adolescents. « Les adolescentes enceintes ont un risque de suicide trois fois plus élevé que les adolescentes non enceintes », a déclaré M. Ramazzini à BBC Mundo.

Les témoignages recueillis dans le cadre de la recherche « Biased Lives » mettent en évidence les risques pour la santé mentale dus aux grossesses non désirées résultant de la violence. Mais l’interruption de ces grossesses n’est pas couverte par la loi guatémaltèque. « Il y avait un projet de loi pour la protection intégrale des enfants et des adolescents, et l’un des articles allait dans ce sens, mais il a été rejeté en 2018 », explique M. Ramazzini. Pour Carlos Gómez, sous-secrétaire à la protection et aux soins des enfants et des adolescents au secrétariat de la protection sociale guatémaltèque, il est très peu probable que cette option soit légalisée. « Il y a un acteur très important ici, qui est l’église, et les églises ne sont pas en faveur des avortements », dit-il à BBC Mundo.

M. Gómez assure cependant que l’État guatémaltèque reconnaît l’impact de ce type de grossesse sur la santé mentale des filles et des adolescentes. « Avec les filles que nous avons eu sous notre protection dans nos refuges, une des principales actions qui est faite est de les sensibiliser. Et elles ont toutes décidé d’avoir ce bébé », explique-t-elle à titre d’exemple. « Et si cette fille ne veut pas avoir son bébé ? Il existe au Guatemala une institution appelée Commission nationale d’adoption », ajoute-t-elle.

En discussion

M. Gómez souligne également l’existence d’une politique publique pour la protection intégrale des enfants et des adolescents, qu’il considère comme essentielle pour faire face au problème. Mais il reconnaît également qu’il est « toujours en discussion », malgré le fait que le Guatemala a l’un des taux de fertilité des enfants et des adolescents les plus élevés de la région latino-américaine depuis des années.

Ce retard illustre les divergences d’opinion sur la manière d’aborder le problème qui a certainement limité la capacité de réaction du Guatemala. Pour M. Ramazzini, par exemple, un élément clé derrière les taux élevés de grossesse chez les enfants et les adolescents est l’absence d’une éducation sexuelle complète et efficace, un sujet encore considéré comme tabou par de nombreux secteurs. « Dans notre pays, les gens pensent que l’éducation sexuelle ne concerne que le sexe et les relations sexuelles, alors que nous parlons d’une éducation sexuelle complète qui est la clé de la vie », déplore M. Ramazzini. « Il s’agit de relations de respect, d’engagements à long terme, de consentement, d’identification de ces relations de violence, de démantèlement de cette idée qu’être un homme passe par le fait de s’approprier le corps des filles et des adolescentes », explique-t-il.

Selon M. Ramazzini, le ministère guatémaltèque de l’éducation a mis en place une stratégie depuis des années. « Mais il y a beaucoup de résistance. Il y a des groupes de droite et de l’opposition qui refusent de laisser cela se réaliser », révèle-t-il à BBC Mundo. Et, pendant ce temps, le nombre de filles et d’adolescentes enceintes ne cesse de croître.

Source: bbc.com

Laissez votre commentaire ici !