Grossesses précoces et non désirées : RéduSAC pour venir à bout du phénomène

736

Les phénomènes de grossesses non désirées ou précoces et des avortements clandestins sont de plus en plus inquiétants au Burkina Faso.  697 cas   avortements spontanés et 224  cas avortements clandestins en 2013, c’est  le constat au   grand district sanitaire  de Bogodogo  à l’arrondissement 11 de  Ouagadougou. Pour endiguer le  phénomène, l’Organisation pour de nouvelles initiatives en développement et santé au Burkina Faso (ONIDIS /BF)  lance  le projet RéduSAC dans le dit arrondissement.

 

La pauvreté est  fréquemment  citée comme   une des causes les plus sérieuses  des grossesses non désirées ou précoces et des avortements clandestins.  L’arrondissement  11 de Ouagadougou  abrite plusieurs quartiers à habitations précaires dites zones non loties avec des familles pauvres. Une pauvreté qui  souvent  porte atteinte à la santé  sexuelle et reproductive des  adolescents et jeunes qui y habitent.  Fort de ce constat, l’Organisation pour de nouvelles initiatives en développement et santé au Burkina Faso (ONIDIS /BF) y a lancé le projet RéduSAC.

 RéduSAC est une initiative qui vise essentiellement à contribuer à la réduction de la morbi-mortalité liées aux grossesses non désirées et des avortements clandestins chez les adolescents et jeunes des quartiers  non lotis de l’arrondissement 11 de Ouagadougou.

Selon la présidente de l’ONIDIS/BF, Eléonore  Zoungrana, le projet RéduSAC a pour objectif d’améliorer la connaissance des populations de 5 centres de  santé et de promotion sociale(CSPS) de l’arrondissement  sur la santé reproductive  et la planification familiale.

Il s’agit du CSPS de Yamtenga, de  Balkuy, de Dagnongo, de la   Trame d’accueil 30, ainsi que celui de Nongtaaba.

A cet effet, 10 animateurs seront formés sur la santé sexuelle et reproductive  ainsi que sur les techniques d’animation de proximité  et de  collecte des données.

 Des séances de sensibilisation sous forme de porte à porte, des visites dans   les salons de beauté, les  Grins de thé, et les boutiques sont entre autres les actions préconisées  pour toucher le maximum de personnes ciblées.

Il est également prévu de mettre à la disposition des animateurs des  téléphones portables   afin de faciliter la collecte de données et aussi de garder les contacts avec les personnes sensibilisées .

 Pour le maire de l’arrondissement 11 de   Ouagadougou, Ibrahim Maré l’initiative est à saluer à sa juste valeur. « Aucun  développement ne pourrai être  amorcé  dans nos collectivités sans une  prise en  compte effective d’initiative de prévention et  de prise en charge  des grossesses non désirées, et des avortements à risque causant des cas de décès dans la frange jeune» a-t-il déclaré.

La photo de famille après le lancement

Dans la même lancée le parrain  de ONIDIS /BF, Pr Charlemagne Ouédraogo s’est réjoui de cette initiative, « il faut que ce genre d’initiale fasse tache d’huile afin d’améliorer la santé des adolescents et jeunes pour le développement de notre pays », a-t-il souligné.

Sensibiliser 1000 personnes des zones  non loties du dit arrondissement  sur la prévention et la prise en charge  des grossesses non désirées ainsi que le cadre légal sur l’avortement médicalisé ,c’est entre autre un des résultats attendus pour ce projet.

Financé par l’ONG  Amplifychange, le projet  RéduSAC compte s’étendre sur une durée d’un an (octobre 2017 à octobre 2018).

Lala kaboré /Dera

 

Laissez votre commentaire ici !