Dans les communautés musulmanes conservatrices, les femmes ne sont pas autorisées à diriger des congrégations ou la prière. Cependant, une Ghanéenne essaie de changer la donne en dirigeant des prières pendant ce Ramadan. Ghanaweb rapporte que sa congrégation est composée de femmes à qui elle enseigne les principes de l’islam et les encourage également à diriger des prières dans leurs mosquées.

Elle cherche à autonomiser les femmes par le savoir à travers ses enseignements. « Ma mission est simple. J’enseigne mes concitoyennes parce que je connais le Coran et je veux leur donner les moyens d’acquérir des connaissances. J’ai appris le Coran et il n’est pas nécessaire de le garder pour moi quand je peux enseigner à d’autres femmes à connaître ce que la religion dit des femmes ».

Ayshietu Adams, une des femmes qui assiste régulièrement à ses enseignements, est convaincue.

« Elle nous apprend à être humble. Si vous êtes trop fier et irrespectueux, ici, elle vous enseigne qu’un jour vous mourrez. Si vous avez l’habitude de vous battre, elle vous dira que c’est mauvais. Si vous financez un conflit en achetant des armes pour donner aux combattants, elle vous demandera d’arrêter ».

Un rideau sépare les hommes des femmes dans cette mosquée où l’imam Mustapha Abdullai dirige la prière de la journée. Il affirme que les femmes n’ont pas le droit de se mêler aux hommes de la mosquée.

« Le corps d’une femme est séduisant. C’est pourquoi elles n’ont pas le droit de se mêler aux hommes pour la prière. Quand vous restez près d’elles, vous n’arrivez plus à vous concentrer. C’est pourquoi la religion ne l’admet pas, surtout quand la femme n’est pas votre épouse. L’isolement des femmes à la mosquée est la norme dans de nombreuses parties du monde ».

Pour l’imam Mustapha, cette jeune femme dépasse les bornes.

« Il n’est pas permis à une femme d’enseigner en public et encore moins de diriger la prière. C’est contre la religion », a-t-il expliqué.

Source : placesmap

Laissez votre commentaire ici !