Gestion des vivres à l’arrondissement n°11:  » il s’agit de manœuvres politiques », riposte Ibrahim Maré

157

Si le ministère  de la Femme, de la Solidarité nationale et de la Famille parle d’un « incident clos » sur l’affaire de vivres destinés aux populations vulnérables de l’arrondissement n°11, le maire Ibrahim Maré, lui parle plutôt de manœuvres politiques en défaveur des habitants de son arrondissement.  Il a signifié cela au cours d’une conférence de presse, ce lundi 23 avril 2018 à Ouagadougou.

Cette affaire de vivres destinés aux personnes nécessiteuses de l’arrondissement n°11 ne connaitra pas de sitôt une fin. Après la conférence de presse le week-end dernier des responsables du ministère en charge de la Solidarité nationale pour éclairer l’opinion sur la gestion des vivres, c’est au tour de la mairie de cet arrondissement de se confier aux journalistes.

A travers une conférence de presse organisée par la mairie de l’arrondissement n°11, le maire L. Ibrahim Maré a dénoncé la légèreté avec laquelle cette affaire a été traitée. « C’est l’utilisation de l’appareil administratif à des fins partisanes, l’utilisation des biens publics à des fins politiciennes qui a été constaté dans cette affaire », a-t-il indiqué.

Le maire a fait  ressortir dans son propos que le mercredi 11 avril 2018, un camion du Conseil national de secours d’urgence (CONASUR) est arrivé avec 27 tonnes de vivres, destinés aux personnes vulnérables de son arrondissement.

Par la suite, les vivres ont été ramassés prétextant une erreur et  par voie d’huissier, la ministre Marie Laurence Ilboudo leur a sommé de remettre les vivres.

« Cette affaire qualifiée par le ministère d’incident et d’incompréhension cache en réalité des manœuvres politiques ourdies par la ministre Laurence Ilboudo », a indiqué le maire de l’arrondissement 11, L. Ibrahim Maré. Et de poursuivre que « tout porte à croire que la ministre, après avoir été mise au courant que les vivres seraient distribués par une mairie gérée par l’opposition, a vu une opportunité politique à saisir ».

A lire aussi: Le ministère de la femme rassure sur les vivres destinés aux personnes vulnérables de l’arrondissement 11

Elle a donc usé dit-il, de ses pouvoirs, pour reprendre les vivres et les distribuer à des personnes autres que celles recensées par le service social de la Mairie, une structure déconcentrée de son ministère.

Conviés à cette conférence de presse, les journalistes n’ont pas manqué de soulever  certaines inquiétudes.

Comment le ministère de la Femme peut-il disposer d’une liste parallèle de personnes vulnérables sans que le service social de l’arrondissement ne soit associé dans son élaboration ?

Dans sa réponse, le maire a indiqué que lors des concertations avec  la direction régionale de la femme, de la solidarité nationale et de la famille, la direction leur a fait comprendre qu’il disposerait d’une liste de personnes vulnérables de l’arrondissement 11 à leur niveau. Et que ce  sont des personnes qui ont quitté délibérément l’arrondissement n°11 pour venir se déclarer à la direction. Ce qui est incompréhensif selon le maire.

«  Avec cette liste, la ministre pourrait faire distribuer les vivres aux militants du MPP, à ses proches et connaissances, dans le but de récolter des dividendes politiques aux élections à venir. C’est cela, le fond de l’affaire », a-t-il ajouté.

Vous avez été contraints de remettre les vivres suite à la sommation du ministre de la Femme,  cela veut-il dire que ces vivres n’étaient pas destinés à l’arrondissement n°11 et finalement quelle est  la suite ?

Les hommes de média présents à la conférence de presse

Par rapport à cette inquiétude, le maire a tenu  à préciser que cette histoire de vivres ramassés est loin d’être une erreur et c’est ce qu’on tente de faire croire. Les vivres ont été réceptionnés par le chef de l’action sociale de la mairie avec bordereau à l’appui édité par le gestionnaire du CONASUR  où il est clairement inscrit assistance alimentaire aux personnes vulnérables de l’arrondissement n°11.

Quant à la suite de cette affaire, « nous avons tout simplement pris acte, il n’y a pas de suite » selon Ibrahim Maré. Il s’agit pour lui de porter à la connaissance des populations de son arrondissement de ce qui s’est passé, leur présenter des excuses pour ceux qui ont été touchés pour recevoir les vivres et les inviter à la sérénité.

                                                                                                                 Assétou MAIGA

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here