Les acteurs du domaine de l’électricité se sont réunis en atelier ce jeudi 31 janvier 2019 à Ouagadougou pour procéder à la validation du  rapport de l’étude sur les bassins économiques à fortes potentialités pour le secteur privé. Cette étude s’inscrit dans le cadre de la réalisation des études de faisabilité des projets soumis au Millénium Challenge Corporation. Commanditée par l’Unité de Coordination de la Formulation du second compact du Burkina (UCF-Burkina), ladite étude a mis le cap sur la question du genre et de l’inclusion sociale.

Selon Roger NANA, chef de mission ayant réalisée l’étude, les activités économiques sont en majorité menées par les femmes dans les huit régions du Burkina enquêtées (hauts bassins, boucle du Mouhoun, le nord, le centre, le centre est, et le sud-est, cascades et l’Est).

 « La transformation des produits locaux sont beaucoup pratiquée par les femmes. On recommande de prendre en compte l’électrification de leur zone d’activité car c’est vraiment fondamental. Les transformations relatives aux céréales, au bétail, aux produits forestiers, sont le plus souvent faites par les femmes et elles le font à la main, c’est pénible et souvent avec la pénibilité la qualité du produit se détériore.» a confié Roger NANA.  Et à madame Alice BOUGMA/KABORE, responsable des questions de genre d’ajouter : « La politique du MCC conforte celle du Burkina en matière d’égalité et d’équité du genre et donc ces projets tiennent compte de la dimension du genre et de l’inclusion social. L’électricité va permettre aux populations d’accroitre leur activité économique et accroitre leur niveau de revenu ce qui va contribuer à lutter contre la pauvreté.

Ces projets vont aider les femmes qui se battent au quotidien de pouvoir améliorer leur conditions de vie et s’en sortir honorablement et dignement »

A lire aussi : Vous voulez améliorer les conditions de vie des femmes dans un village? alors commencez par l’électricité!

Adama ZERBO, économiste principal de l’Unité de Coordination de la Formulation a par ailleurs signifié que les résultats de cette étude permettront  d’améliorer et de renforcer le document pour convaincre les partenaires afin d’avoir suffisamment de financement pour le second compact. « Pour réaliser une bonne étude de faisabilité, on a besoin d’un certain nombre d’information. Cette étude nous permettra de faire un plaidoyer, d’avoir des arguments solides devant notre partenaire. De dire que dans ces localités, il y a des potentiels et c’est justifié d’envoyer l’électricité. Les études de faisabilité démarreront en février. »

Adama ZERBO,économiste principal de l’UCF

En rappel le Burkina Faso a été sélectionné le 13 décembre 2016 par le Millennium Challenge Corporation (MCC) comme bénéficiaire du second compact. C’est suite à cette sélection que le Burkina a procédé par décret gouvernemental à la création de l’Unité de coordination de la Formulation pour conduire le processus de formulation du second compact.

Mary Sorgho

1 COMMENTAIRE

Laissez votre commentaire ici !