Filière coton au Burkina : on parle digitalisation

33
Janine Ouattara, responsable pays inclusion financière et numérique de l’UNCDF
Selon Janine Ouattara, responsable pays inclusion financière et numérique de l’UNCDF

Le Fonds d’équipement des Nations unies (UNCDF) veut soutenir le développement de la filière coton au Burkina Faso à travers la digitalisation de la chaîne de valeur. Pour cela, il commandité une étude sur les opportunités que cette digitalisation pourrait apporter.

Selon Janine Ouattara, responsable pays inclusion financière et numérique de l’UNCDF, le choix du coton pour la digitalisation s’explique par le fait que ce produit constitue à l’heure actuelle, le 2e produit d’exportation du Burkina Faso et occupe le plus grand nombre de producteurs agricoles.

L’étude menées par consultants du cabinet Amarante, a concerné des provinces de trois régions du Burkina Faso, à savoir : le Centre-Ouest, le Centre-Sud et le Centre-Est et a concerné un échantillon de 641 personnes. Elle  a permis de catégoriser les acteurs de la filière en deux grands groupe à savoir les acteurs directs (cotonculteurs, tisseuses, sociétés d’huilerie et de savonnerie) et les acteurs indirects (groupements, unions des producteurs de coton, les sociétés cotonnières et institutions financières).

Cette étude permet également de mieux cerner le partage et le circuit des informations au sein de la filière, les flux financiers en amont et en aval  ainsi que les modes de paiement, selon chaque type d’acteur de la chaîne de valeur.
Cependant les experts ont relevé  des contraintes objectives pouvant empêcher  la digitalisation des flux à savoir, l’analphabétisme de certains acteurs de la chaîne de valeur et leur faible niveau de connaissance digitale .

Au cours de l’atelier de restitution de l’étude qui a eu lieu le 22 avril, 2021 à Ouagagougou, Joseph Senninger de la coopération du Luxembourg partenaire financier de l’étude, a fait savoir que la digitalisation participe au développement agricole. Il a toutefois noté la nécessité de tenir compte des contraintes qui pourraient entravées la digitalisation et trouver des solutions adaptées pour les atténuer ».

L’UNCDF est l’agence qui promeut des investissements dans 47 pays les moins avancés du monde. Au Burkina Faso, sous l’égide du gouvernement, elle met en œuvre le programme d’appui à la résilience économique et climatique des populations à travers les innovations digitales.

https://queenmafa.net/wp-content/uploads/2018/04/Bannie%CC%80re-QUEEN_1000x150px.jpg

Laissez votre commentaire ici !