Festival de Films Scientifiques : Oumar Coulibaly décroche les « Mils d’Or »

67

La 5ème édition de « Science Film Festival » a clos ses portes le 25 Octobre 2019 à Ouagadougou.  Trois films africains ont été présélectionnés pour les « Mils d’Or ». Après appréciation du jury, Oumar Coulibaly a été consacré lauréat de ce festival. Retour sur le film de la cérémonie de clôture.

« Le Mal Conjoint » est le premier film scientifique africain projeté à la cérémonie de clôture. C’est un film du réalisateur Burkinabè Ismaël Géni Massa TALL qui dépeint les conséquences du tabac et de l’alcool sur la santé. Le tabagisme provoque entre autres les cancers (Bouche, poumons, pancréas, anus, utérus…), des maladies cardiovasculaires telles l’hypertension et l’AVC, la stérilité chez la femme…

Dans ce film, les spécialistes reconnaissent que le traitement est possible à l’unité de sevrage anti tabagique du CHU Yalgado Ouédraogo. Il ressort de ce court métrage que l’alcoolisme aggrave les ulcères et que le nombre de décès dû à l’alcoolisme en 2016 était de 3500 personnes contre 1300 personnes décédées des suites de tabagisme à la même période. Ce qui entraine d’énormes pertes pour le Burkina Faso provoquées par les absences au travail, les échecs scolaires et universitaires…

Une vue des participants
Une vue du public avec au premier plan, les trois membres du jury

Le second film en compétition intitulé « CopeaSquare, une aventure paysanne » a été réalisée par la nigérienne Aicha MACKY. Ce film traite de l’agroalimentaire au Niger notamment la transformation de l’arachide en huile et du mil en déguè. Dans ce film, il est également question des différentes possibilités de transformer le niébé. Toutes les difficultés du monde rural ont également été mises à nue dans ce court métrage.

« La problématique du Logement décent au Burkina Faso », c’est sous ce titre que le Burkinabè Oumar Coulibaly a posé avec acuité le problème des habitats spontanés communément appelés « Non-loties ». Ce réalisateur prend pour exemple un quartier « non-loti » de Dédougou appelé « Lomé ». Un quartier ou les résidents se plaisent d’avoir un « chez soi » mais vivent avec tous les problèmes liés à la vie dans les « zones non loties ».

Selon le témoignage du Ministre en charge de l’Habitat dans ce film, 40% des populations de Ouagadougou, résident dans les zones « non-loties ». Un défi que Maurice Dieudonné Bonanet, Ministre de l’Urbanisme et de l’Habitat, a promis de relever avec le programme 40000 logements sociaux.

Oumar Coulibaly, lauréat des Mils d'Or
Oumar Coulibaly, lauréat des Mils d’Or

Lire aussi : Science Film Festival ou le chemin de la valorisation de la recherche scientifique

Les critères d’appréciation du jury étaient basés sur la pertinence du thème choisi et la démarche scientifique, selon son Président Pierre Rouamba. Pour lui, un film est scientifique lorsqu’il est créatif. En outre, la recherche et la cohérence des images avec le son, ont également fait partie des critères.

Pierre Rouamba, Président du Jury
Pierre Rouamba, Président du Jury

Pour les prochaines éditions, Pierre Rouamba suggère la détermination des critères de sélection des films. Le jury a retenu la production d’Oumar Coulibaly car Le thème était d’actualité et international car la question du logement se pose à Ouagadougou, dans tout le Burkina Faso et même dans le monde entier, selon le Président du jury.

Dominique Dumet, Représentante déléguée de l’IRD marque sa satisfaction vis-à-vis du festival cette année. L’innovation, c’est la création de courts métrages en binôme entre un chercheur doctorant et une équipe d’étudiants de l’ISIS, selon Dominique Dumet. Des équipes qui ont réussi à produire des films scientifiques de 5mn en seulement quatre jours.

Dominique Dumet, Représentante déléguée de l'IRD
Dominique Dumet, Représentante déléguée de l’IRD

La réalisation de film scientifique est considéré comme un parent pauvre du Cinéma et l’IRD entend continuer ce partenariat avec l’institut Goethe et l’ISIS pour aller plus loin dans la réalisation de films scientifiques, foi de sa Représentante déléguée.

Le lauréat a manqué de mots pour exprimer sa joie. Pour lui, il était nécessaire d’attirer l’attention des gouvernants sur la problématique du logement décent au Burkina Faso. Une réalisation qui lui a permis de découvrir que les gens sont obligés d’habiter dans les « non loties » par manque de moyens financiers car impossible d’acquérir un logement décent.

Photo de famille
Photo de famille entre le lauréat avec le Directeur général de l’ISIS, la Directrice de l’Institut Goethe et la Représentante déléguée de l’IRD

Oumar Coulibaly a décroché le trophée des « Mils d’Or », une résidence de création de deux semaines en France offerte par l’IRD et un billet d’avion offert par l’Ambassade de France.

Rendez-vous a été pris pour la sixième édition du Science Film Festival à Ouagadougou en 2020.

Davy YAMEOGO

Laissez votre commentaire ici !