Sacré Etalon d’or du Yennenga au FESPACO 2013 avec son film « Tey », le réalisateur Franco-sénégalais Alain Gomis revient avec avec « Félicité ».Une projection à guichet fermé au Ciné-Burkina ce mardi 1 mars 2017.

 

« Félicité », c’est l’histoire d’une femme courageuse, battante, forte et fière. Elle est chanteuse de bar à Kinshasa en République Démocratique du Congo (RDC). Mère célibataire, Félicité affronte dignement son quotidien. Cependant, sa vie va prendre une autre tournure lorsque son fils fait un grave accident de circulation. Il doit urgemment être opéré. Félicité doit trouver une forte somme d’argent, afin de le sauver. 

 

C’est donc parti pour une course contre la montre. Elle fera les coins et recoins de la capitale électrique de Kinshasa. Dans cette aventure, elle connaitra les souffrances les plus atroces : insultes, menaces, tortures, bref, elle verra de toutes les couleurs. Quand enfin, elle réunit la somme réclamée, il était déjà trop tard. La jambe de son fils a été amputée afin de sauver l’essentiel. Elle plonge ainsi dans une mélancolique incontrôlable, mais finit par se ressaisir  grâce à Tabu, un garagiste qui lui fera finalement retrouver le sourire.

 

Dans une ambiance musicale captivante assurés par les orchestres congolais Kasaï All stars et symphonique Kimbanguiste, le réalisateur nous fait vivre plusieurs émotions souvent contradictoires. De la tristesse, du désarroi, de l’amertume, en passant par le désespoir, et la joie, « Félicité », fait tout simplement voyagé.

« Félicité rend hommage à toutes ces femmes, ces héroïnes qui affrontent la vie, avec toutes ces difficultés possibles, c’est pour moi une manière de rendre hommage, de magnifier la dignité de toutes ces personnes qui se battent pour la vie », a expliqué le réalisateur Alain Gomis à la fin de la projection.

 

Quand à l’actrice principale, Véro Tshanda Beya, elle a interprété le rôle de Félicité de fort belle manière même si elle n’est ni chanteuse ni danseuse. « C’est un grand honneur pour moi d’interpréter ce rôle, c’était une belle expérience pour moi », s’est- elle réjoui. A noter que ce film, tourné en langue lingala, une langue locale congolaise et sous-titré en français, aégalement remporté l’Ours d’argent à la 67e Berlinale de Berlin en Allemagne. « Félicité » est en lice pour la compétition officielle pour l’Etalon d’or du Yennenga pour la 25e édition du FESPACO.

 

Des cinéphiles apprécient l’œuvre

Fatou Kandé Senghor : « le film me touche énormément, il retrace la vie d’une femme qui souffre dans une capitale d’Afrique. Il met en lumière des sujets dont on ne parle pas toujours aux vues de nos valeurs traditionnelles africaines, il y’a énormément de choses dans ce film que l’on vit quotidiennement. »

Ousmane Sawadogo : « J’ai aimé l’histoire de cette femme qui se bat pour sa pitance quotidienne. Des femmes comme elle, on en trouve dans toutes les capitales d’Afrique. Seulement je déplore la durée du film (ndlr presque 2 heures), c’était trop long à mon avis ».

Sophie Ouédraogo « Le film m’a beaucoup plus car je me retrouve dedans .Aujourd’hui, il faut encourager toutes ces personnes qui se démêlent pour assouvir à leurs besoins, sans compter sur autrui ».

Lala Kaboré /Dera

Laissez votre commentaire ici !