La ministre en charge de la Femme, Laurence Ilboudo/Marchal était dans les régions des hauts bassins et des cascades ce 16 février, animée par le même objectif : recueillir les préoccupations réelles des femmes afin de les soumettre au gouvernement.

A Bobo Dioulasso, la participation des femmes au forum ce jour ne s’est pas marchandée. Venues nombreuses des différentes contrées de la région des hauts bassins, ces femmes ont tenu à exprimer les différentes difficultés auxquelles elles font face au quotidien. Mais avant, c’est le maire de la ville de Sya, Boureima Sanou qui a planté le décor en exposant un tableau sombre de la participation de la femme dans toutes les sphères décisionnelles.

En organisant les fora régionaux, le premier magistrat de la ville de Bobo s’est réjoui d’un tel évènement car dit-il« Cela permettra aux premières concernées qui sont les femmes de dresser leurs véritables obstacles dans la participation à la gouvernance afin qu’ensemble nous puissions les accompagner ».

Aussi, Boureima Sanou s’est prononcé sur le thème du 8 mars « La participation de la femme à la gouvernance : état des lieux, défis et perspectives », qui selon lui est une opportunité de plus pour tout un chacun de faire un effort pour une meilleure implication de la femme dans les affaires de l’Etat.

La ministre en charge de la Femme, Laurence Ilboudo/Marchal a reconnu que la participation de la femme à la gouvernance reste encore insignifiante nonobstant les dispositions juridiques. « 14 femmes députés sur 127, 4 femmes sur les 13 gouverneurs, 41 femmes sur 350 préfets, 6 femmes sur 33 ministres. Au vu de ces statistiques, beaucoup restent encore à faire », a-t-elle déclaré.

Des femmes entrepreneurs ont reçu des prix

Et de poursuivre que la problématique de l’implication de la femme dans la gouvernance ne peut être résolu que par la volonté effective de ces dernières. C’est pourquoi, elle les a exhortés d’avoir une réflexion franche au cours des échanges afin de proposer leurs besoins réels.

Dans la région des cascades, bien que la situation de la femme soit pareille comparativement aux autres régions, Laurence Ilboudo a fait savoir que les besoins peuvent différer. « Ayez un dialogue, fructueux afin de produire vos besoins propres afin qu’on vous accompagner », a dit la ministre aux femmes de la cité du paysan noir.

La manifestation de la solidarité gouvernementale

A Bobo dioulasso tout comme à Banfora, Laurence Ilboudo a remis un important lot de vivres destinés aux personnes nécessiteuses. Le but de ce geste, a-t-elle expliqué, est l’expression de la solidarité agissante du gouvernement à l’endroit des couches vulnérables afin d’améliorer leur situation alimentaire et nutritionnelle.

« Nous offrons ces vivres aux femmes démunies, personnes âgées démunies et ceux qui vivent avec un handicap démunis », a précisé la ministre. A travers cet acte, a-t-elle confié, le gouvernement exhorte tout un chacun à venir en aide envers son prochain d’où l’importance de la solidarité nationale.

Les personnes nécessiteuses ont réussi 24 tonnes de vivres

En marge de ces activités, les meilleures entrepreneures ayant participé à la compétition ont reçu leur prix. Cette compétition s’est focalisée sur cinq à savoir l’originalité, la qualité, la rentabilité financière et la protection de l’environ. Ces prix vont d’une valeur de 300 000 à 500 000FCFA.

                                                                                                                             Issa KARAMBIRI

Laissez votre commentaire ici !