FAFEL 2018 :’’ toute personne qui sait qu’elle doit beaucoup à une femme est invitée à participer’’, Cyrille Bado, DG de Armonik Vizion

711

Du 23 au 25 février prochain, se tient à Ouagadougou, la deuxième édition du Forum Africain des Femmes Leaders (FAFEL), une vitrine de promotion des talents féminins. A l’occasion, Queen Mafa a rencontré le promoteur de l’évènement Cyrille Bado, Directeur général de l’agence de communication Armonik Vizion, pour plus de précisions sur ce grand rendez-vous des femmes africaines.

Queen Mafa : Qu’est-ce que le Forum Africain des Femmes Leaders (FAFEL) ?

Cyrille Bado : Le Forum Africain des Femmes Leaders est un forum qui vise à servir de plateforme de promotion et de valorisation du leadership féminin à travers le succes story de ces femmes qui se battent jour et nuit. Ce forum vise à leur offrir un cadre où elles peuvent partager leurs expériences, tirer aussi profit de l’expérience de leurs sœurs et de ces femmes d’exception qui façonnent le monde. Cette plateforme est basée sur plusieurs axes qui tous convergent en fait à un cadre où la femme leader soit connue, la femme battante soit valorisée, la femme active soit valorisée.

‘’Leadership féminin et les défis de développement durable (OMD), quelles contributions de la femme pour l’atteinte de résultats’’ est le thème retenu cette année, qu’est ce qui justifie le choix d’un tel thème’’ ?

Quand on parle d’objectifs de développement durable, ce qui me plaît est qu’on parle de développement durable. Et nous mettons en Co-relation ces objectifs du développement durable au leadership féminin. On ne peut pas parler de développement durable si on ne parle pas de la femme qui est la première actrice de l’économie de nos pays. Voilà pourquoi nous voulons recentrer ces objectifs de développement durable sur la contribution des femmes qui sont les premières actrices de l’économie, du développement d’un pays : développement social, économique et c’est pour cela que nous avons choisi cette thématique pour montrer que les femmes sont les premières actrices de ce développement durable et si on ne les met pas en avant, si on ne trouve pas des créneaux pour les valoriser, ce développement ne sera pas durable.

Quel est l’intérêt pour Avi Events d’organiser un tel évènement ?

Il faut dire qu’Avi Events qui s’inscrit dans une société réelle qui est Armonik Vision est une agence fondée en hommage de ma défunte mère. Armonik Vision c’est Monique, elle s’appelait ainsi, et elle m’a toujours éduqué sur la création d’harmonie autour de moi, que je travaille en moi et pour moi, que je travaille à vivre en bonne intelligence avec les gens. C’est quand elle est décédée en octobre 2009 que j’ai décidé en 2010 de lancer cette agence pour honorer sa mémoire et vulgariser l’enseignement qu’elle m’a apporté. Voilà pourquoi l’intérêt de l’agence à se mettre dans des actions qui visent à la valorisation et à l’autonomisation socio-économique de la femme. C’est pourquoi, l’intérêt pour Avi Events qui est le département évènementiel de l’Agence est de permettre à ce que cette vision, cet idéal de vie soit beaucoup plus renforcé à travers des actions comme le forum africain des femmes leaders, le weekend spécial des mères, le magazine une femme intègre et bien d’autres choses sur lesquelles nous nous penchons.

En honorant sa maman, on honorera la femme qu’on rencontrera dans la rue, la sœur qu’on a, la collaboratrice qu’on a et l’épouse avec qui on partage sa vie

Est-ce pour dire qu’à chaque fois que vous organisez ces types d’activités, c’est en pensée à votre maman ?

A chaque fois que quelqu’un prononce Armonik Vision, c’est la mémoire de maman, l’héritage de maman que la personne matérialise. A chaque fois qu’on organise ces genres d’évènements, c’est en pensée à la mémoire de maman mais, ce que je veux dire est que c’est l’héritage de toutes ces femmes qui se sont battues et qui continuent de se battre pour leurs progénitures. C’est en hommage à toutes ces femmes parce que les mères sont universelles. Après le décès de ma mère biologique, j’ai eu beaucoup de mères qui ont continué de m’apporter de l’affection. C’est ce que nous souhaitons pour chaque enfant de pouvoir honorer sa maman. En honorant sa maman, on honorera la femme qu’on rencontrera dans la rue, la sœur qu’on a, la collaboratrice qu’on a et l’épouse avec qui on partage sa vie.

Quelles sont les activités qui sont prévues au cours de ce forum ?

Ce forum se déroulera du 23 au 25 février 2018, pratiquement dans moins de 7 jours et cet évènement contrairement à l’édition 2017 qui était un format beaucoup plus réduit, sur les 3 jours nous avons 4 plateformes sur lesquelles nous allons travailler. La 1ère est la plateforme renforcement de capacités qui vise à travers des formations, des conférences, des panels, des ateliers de réflexions sur des questions liées non seulement au leadership féminin au développement personnel, à l’entreprenariat féminin ainsi que la santé de la reproduction. Ces questions vont outiller nos femmes sur comment être une femme modèle, une femme leader, une femme battante, comment renforcer ses activités.
La 2e plateforme est la plateforme commerciale que nous avons dénommée le Mafela, le Marché africain des femmes leaders et actives. Cette plateforme vise à servir de cadre de promotion des activités de revenus de ces femmes qui se battent mais aussi à toutes ces femmes entrepreneures et aussi aux institutions qui militent aussi pour les questions de genre.
La 3e plateforme est la plateforme socio-culturelle. Elle vise à promouvoir nos valeurs intrinsèques africaines, notre patrimoine culturel à travers l’initiation à la cuisine africaine pour les plus jeunes, l’art de la table, comment déjà intéresser les enfants qui sont le fer de lance ou l’avenir à notre cuisine.
On aura un plateau d’animation également pour servir de cadre de promotion culturelle de ces femmes qui ont aussi un talent artistique. Nous allons faire des projections sur des questions liées à la santé, aux droits de la femme également.
La dernière plateforme est la plateforme veille sanitaire et environnementale à travers des partenaires comme Marie Stopes qui viendront faire des sensibilisations sur la santé de la reproduction, sur le dépistage du cancer de col de l’utérus et du sein, contrôle de la glycémie. C’est offert gratuitement pour permettre à tous les participantes de connaître leur statut sanitaire. On a aussi les questions liées à l’environnement, nous allons faire une plantation d’arbres, le nettoyage d’une maternité etc. Une séance d’aérobic est prévue le dimanche matin pour permettre à ces femmes de se mouvoir. Tout ceci va se dérouler à Jean Guingané du vendredi 23 au dimanche 25 mais nous avons une activité qui est le diner de Gala placé sous le signe la nuit de l’innovation le samedi qui va se dérouler au centre aéré de la BCAO à 20heures. C’est l’activité qui va permettre d’honorer ces femmes qui se battent. Des prix seront décernés à des femmes que nous avons désignées comme étant des modèles dans leur domaine. Le ticket d’entrée est de 15.000F/personne, 25.000 le couple, 110.000f au lieu de 150.000F la table de dix personnes. Nous aurons du live avec l’artiste musicienne Améty Meria, Solo Dia Kabako, le défenseur de la femme, Wendy, Willy Dumbo qui vient de la Côte d’Ivoire, et un défilé de mode.

 

Qui peut participer à ce forum ?

Tout le monde peut participer : enfants, jeunes filles, jeunes hommes, toute personne qui sait qu’elle doit beaucoup à une femme est invitée à participer non seulement aux activités mais aussi au diner de Gala, amener sa maman, amener sa femme, amener sa sœur. C’est pourquoi nous n’avons pas voulu qu’il ait de barrières financières, que quelqu’un dise je n’ai pas pu participer au Fafel 2018 parce que je n’avais pas d’argent, voilà pourquoi nous avons 80% du contenu qui est gratuit : panel, conférences, ateliers de réflexion, podium d’animation et de projection. Il y a seulement deux formations payantes à savoir la formation sur le leadership pour celles qui veulent un niveau plus poussé, renforcer leurs capacités managérial au prix de 50.000F et la formation sur le marketing digital au prix de 45.000F. 25.000F pour les stands d’exposition pour les associations, 160.000F pour les stands entreprises juniors, 200.000 pour les entreprises seniors et les stands maquis, restauration qui sont à un forfait de 150.000F.

Nous avons fait le pari de mobiliser 1000 femmes parce que nous comptions sur la participation de 13 pays, aujourd’hui nous sommes à 15 pays de la sous-région qui ont confirmé leur participation

Combien de femmes sont attendues à ce forum ?

Nous avons fait le pari de mobiliser 1000 femmes parce que nous comptions sur la participation de 13 pays, aujourd’hui nous sommes à 15 pays de la sous-région qui ont confirmé leur participation, entre autres la Côte d’Ivoire, le Mali, le Bénin, le Sénégal, le Togo tous les pays de l’espace UEMOA en plus de l’Afrique Centrale , le Cameroun, RDC Congo, le Tchad, Madagascar, les Îles Comores , la Mauritanie, et les associations et groupements de femmes au niveau local que nous avons rencontrés, parce que comme on le dit ce n’est pas un évènement élitiste, c’est un évènement cosmopolite. On veut vraiment permettre à toutes les femmes de pouvoir participer quelle que soit leur situation économique, c’est pourquoi lors des conférences on aura des traducteurs en langues nationales, en mooré principalement.

Parlez-nous du Marché africain de la femme leader et active (Mafela), quelle est la vision qui soutient son organisation ?

Le Mafela c’est l’innovation de cette année et ce que j’allais dire c’est que le Mafela dans sa conception n’est pas seulement qu’une foire, nous voulons mettre un système de promotion réelle des activités de ces femmes, ces exposantes. Il ne s’agit pas de venir s’asseoir dans son stand et attendre que les visiteurs viennent, nous avons mis une plateforme sur pied, qui va permettre de tendre le micro à chacune des exposantes pour qu’elle parle d’elle et se faire connaître. On veut vraiment travailler sur le networking, le réseautage pour que les femmes puissent vraiment tirer profit de cette plateforme, de ce Fafel. Il ne faudrait pas qu’une femme revienne et reparte sans avoir tirer profit. Maintenant, il arrive que les gens veuillent se faire des ventes immédiates, mais l’essentiel ce sont les relations qui peuvent être tissées, et se faire valoir plus tard à travers le Mafela.

Un dernier mot?

C’est de dire merci déjà à Queen Mafa qui nous fait cet honneur, je dis merci à sa Directrice générale. Je remercie et félicite la nouvelle ministre de la femme, de la solidarité nationale et de la famille, Mme Laurence Ilboudo/Marchal qui a accepté de nous accompagner dans cette aventure, je dis merci au ministre de l’environnement, de l’économie verte et du changement climatique, M. Nestor Batio Bassière qui a accepté d’assurer la co-présidence de cette cérémonie et un grand merci, une reconnaissance particulière à notre marraine Mme Bintou Tapsoba qui est la présidente-directrice de l’ICAM services qui nous apporte son soutien en tant que marraine et beaucoup de conseils, beaucoup de soutiens techniques et financiers.
Pour terminer, j’invite toute la population à se dire vraiment une chose, mais aussi aux autorités politiques, aux entreprises locales etc. Ce forum est notre projet, c’est vrai que nous sommes des jeunes, mais il faut qu’ils comprennent que la dimension de ce forum est devenue une affaire de tous parce qu’au regard de ce qu’il suscite au niveau international, il faut que les gens nous aide à ce que le forum soit une réussite pour les femmes, parce que si les femmes gagnent c’est toute l’Afrique, c’est toute l’humanité qui gagne.

 

Assétou Maiga
assetou.maiga@queenmafa.net

https://queenmafa.net/wp-content/uploads/2018/04/Bannie%CC%80re-QUEEN_1000x150px.jpg

Laissez votre commentaire ici !