Facebook, un réseau social «dépassé»?

0
185

L’exode des jeunes utilisateurs des réseaux sociaux vers les plateformes comme Instagram et Snapchat s’accentue, au détriment de Facebook, que plusieurs d’entre eux considèrent même comme «dépassé».

Une étude de la firme eMarketer révélait en février que Facebook perdait ses jeunes utilisateurs au profit d’applications plus à la mode, particulièrement Instagram et Snapchat.

La firme prévoit d’ailleurs un déclin du nombre d’utilisateurs âgés de 12 à 17 en 2018 aux États-Unis, une première.

La tendance n’est pas nouvelle, mais elle s’est considérablement accélérée depuis la montée en puissance d’applications misant sur le contenu visuel. D’ailleurs, l’explosion du nombre d’utilisateurs du réseau social Snapchat en 2016 coïncide avec le déclin du nombre de jeunes utilisateurs de Facebook.

Facebook, un réseau social «de vieux»

Pour Jean-François Renaud, associé et cofondateur d’Adviso, une compagnie spécialisée en stratégie et marketing web, plusieurs facteurs expliquent ce changement de consommation de contenus sur les réseaux sociaux.

«Les jeunes quittent Facebook parce qu’ils veulent de l’anonymat et des contenus qui disparaissent et qui ne sont pas vus par leurs parents ou leurs futurs employeurs, souligne-t-il. Ils sont aussi à la recherche d’un environnement plus visuel (que Facebook), où c’est plus coloré et joyeux. Ils veulent aussi moins de publicités.»

Mais surtout… ils ne veulent pas être dans le même environnement que leur parent.

Dans un article sur la question publié sur le site web d’Adviso, une jeune élève de secondaire 1 qualifie Facebook «d’application de vieux où il y a vraiment trop de publicités». Un sentiment que partagent de plus en plus de jeunes de son âge.

Anonymat et contenus éphémères

M. Renaud note que pour une tranche plus âgée de la population, la notion de souvenir est beaucoup plus importante que pour les plus jeunes, davantage attirés par le partage de contenus éphémères et donc, par définition, qui ne sont pas susceptibles de leur nuire dans le futur.

Le partage de contenus sur Instagram peut se faire de façon éphémère grâce à la fonctionnalité «stories», tandis que pour Snapchat, la disparition des photos et vidéos représente carrément l’ADN de l’application.

«Les jeunes ne semblent pas valoriser autant l’aspect durabilité des contenus qu’il y a sur Facebook. Au contraire, ne pas pouvoir y revenir semble être une valeur ajoutée pour eux alors que pour une autre génération, c’est un problème.»

Facebook bien positionné malgré tout

Grâce à son portefeuille diversifié, Facebook devrait sortir plutôt indemne de cet «exode des milléniaux». C’est que plusieurs de ces jeunes utilisateurs migrent vers des applications détenues par le géant des technologies.

«C’est un exode vers différents types de plateformes, précise M. Renaud. Dans certains pays du monde, WhatsApp va chercher beaucoup de ce trafic et, plus près de chez nous, c’est Instagram qui va en chercher beaucoup. Les deux appartiennent à Facebook.»

Selon eMarketer, les tendances observées depuis quelques années ne sont pas sur le point de se renverser. La firme prévoit que le nombre d’utilisateurs d’Instagram aux États-Unis continuera d’augmenter de 13 % en 2018 pour atteindre les 105 millions. Des chiffres supérieurs à ceux de Snapchat (86,5 millions d’utilisateurs).

Malgré sa baisse en popularité chez les jeunes, eMarketer prévoit que le nombre d’utilisateurs de Facebook continuera de grimper pour encore quelques années, en partie grâce à l’arrivée de nombreux baby-boomers sur le réseau social.

Source: TVA Nouvelles

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here