« Etre sourd n’est pas seulement ne rien entendre », Pr Yvette Marie Chantal GYEBRE.

937

La surdité est un handicap de plus en plus répandu, qui touche toutes les tranches d’âge, et qui peut conduire à de graves conséquences sur la personne. Qu’est-ce que la surdité ? Quels sont les signes ? Comment l’éviter ? Les explications de Professeur Yvette Marie Chantal GYEBRE , du service ORL du CHU-Yalgado Ouédraogo.

Queen Mafa : Qu’est-ce que la surdité ?

Pr Yvette Marie Chantal GYEBRE : Pour le commun des mortels quand on dit que tu es sourd, tu n’entends rien du tout, alors que ce n’est pas cela la définition de la surdité. Médicalement parlant, la surdité c’est la baisse ou la diminution de l’audition quelle que soit son importance. On peut avoir toutes les intensités ou degrés de baisse de l’audition. Et le degré se chiffre, c’est une évaluation médicale de la perte de l’audition qui est chiffrée, qui est cotée ce qui permet de déterminer des stades de perte de l’audition. On peut aller de la simple diminution à la perte totale de l’audition.

La surdité peut être un signe d’une maladie ou un handicap. La surdité  comme  signe est une manifestation d’une atteinte de l’organe de l’ouïe, de l’organe de l’audition qui s’appelle oreille. Nous pouvons avoir des affections (tumeur) de l’oreille avec une baisse de l’audition.

La surdité comme handicap : l’atteinte est passée, la phase de la maladie est passée et la séquelle est la surdité. En ce moment, la surdité devient un handicap qu’il va falloir gérer aussi, prendre en charge également. Cela entre dans le cadre de la gestion des handicaps en ce moment. Et c’est ce que le ministère de la Santé, à travers le Service des maladies non transmissibles, veille à la  prise en charge.

Il faut également retenir la notion de surdité curable/non curable ; évitable/non évitables. Dans  le cadre de la lutte contre la surdité, il faut insister  dans le cadre de la prévention sur la prise en charge des surdités évitables et/ou curables.

Quelle est la situation de la surdité dans le monde et en particulier au Burkina Faso ?

L’OMS en 2013, estimait à plus de 360 millions le nombre de personnes dans le monde qui souffrent de déficience auditive ou de surdité. Dans ces 360 millions, les 2/3 vivent dans les pays en développement.

On évalue la surdité par extrapolation au Burkina, on pense que 10% de la population burkinabè soit 1 million 700 et 2 millions de personnes souffrant de déficience auditive allant de la simple baisse à la perte totale.

Toutes les tranches d’âge y compris les enfants sont intéressées. Les enfants font 10% des 1million 700 à 2millions de personnes souffrantes. Cela veut dire que près de deux cent mille enfants ont une surdité. Et ça pose un problème parce que la surdité est très grave chez l’enfant. L’enfant ne parle que quand il entend et, du coup, l’école conventionnelle lui est fermée.

Il faut alors des écoles spécialisées et jusqu’à présent L’État, malgré sa bonne volonté de lutter, n’a pas d’écoles spécialisées. C’est surtout les confessions religieuses qui luttent pour la réinsertion de ces plus de 200 000 enfants burkinabè qui sont dans la situation.

Quand penser à la surdité ? 

Les  circonstances varient selon l’âge. Chez l’adulte : c’est une personne qui va avoir tendance à augmenter le volume de la télévision, de la radio, à demander qu’est-ce que vous avez dit ? A vous faire répéter les choses, les mots, les phrases tout le temps. Alors, il faut commencer à penser s’il n’a pas une baisse de l’audition.

Chez l’enfant : c’est peut-être un enfant qui travaille bien à l’école qui, subitement, va être distrait ou un enfant qui dès la naissance ne réagit pas, il ne fait pas de gazouille, il n’a pas de bruit, on voit que l’étape du développement psychomoteur n’est pas respectée et quand on évalue on se rend compte que c’est parce qu’il n’entend pas. Cet enfant risque de ne même pas parler. Autrefois on parlait de surdi-mutité.  Mais, ce n’est plus à l’ordre du jour on ne parle plus de mutité. En effet on pense que même si on n’entend pas, on peut avoir une langue, la langue des signes qui est une langue à part entière.

Quelles sont les causes de la surdité ?

Les causes sont variées et il faut les classer en fonction de l’âge. Mais, il y a les conséquences infectieuses et les traumatisme. Concernant les causes infectieuses par exemple; quelqu’un  qui a un germe dans l’oreille, va avoir une maladie de l’oreille, qui va se manifester par la surdité par exemple. Il y a aussi les infections dues à d’autres maladies telles que la rougeole, la rubéole, les oreillons et surtout la méningite. La méningite est une grande pourvoyeuse de surdité et c’est une surdité définitive, profonde, souvent grave.Causes malformatives, l’enfant peut naître avec une malformation de tout ou une partie de l’oreille ou une tumeurs (masses dans l’oreille).

Des traumatismes  peuvent  également être à l’origine de la surdité (des blessures au niveau de l’oreille avec des objets qu’on introduit ou des blessures liées à un traumatisme sonore). Ce traumatisme sonore est lié soit à des sons aigus brefs ou à des sons continus prolongés sur de longues durées. De même, une belle claque peut causer une surdité.

Les médicaments qui tuent l’oreille que nous appelons médicaments oto toxiques comme la gentamycine, la quinine, des médicaments contre l’hypertension, les médicaments contre le VIH et le VIH lui –même.

La vieillesse donne aussi la surdité que nous appelons la presbyacousie. On associe à ce groupe la surdité liée au bouchon de cérumen qui est une substance que l’oreille même fabrique pour se protéger et qui peut être en excès, s’accumuler et donner une baisse de l’audition.

Par ailleurs, il faut noter qu’au cours de la grossesse, l’enfant peut être atteint de surdité du fait de certaines maladies que la mère contracte telle que la syphilis, la toxoplasmose, la rubéole, d’où l’intérêt des consultations prénatales. Il y a également le périnatal c’est-à-dire qu’à l’accouchement, s’il y a eu beaucoup de traumatismes sur l’enfant, on peut se retrouver avec un enfant qui n’entend pas.

La surdité peut être aussi héréditaire, en ce moment, il faut des tests génétiques pour le savoir. Ce que nous n’avons pas ici.

Quelles sont les maladies les plus courantes liées à la surdité ?

Ce sont les maladies de l’oreille qui est l’organe de l’audition. Il y a d’autres maladies que nous avons déjà citées :   la méningite en tête, les oreillons qui sont banals en apparence mais qui peuvent donner une surdité définitive, le paludisme grave, la rougeole.

Quels sont les signes courants de la maladie ?

La douleur à l’oreille, l’écoulement de l’oreille, des vertiges ou bourdonnements d’oreille sont des signes qui doivent amener à consulter

Quelles sont les conséquences liées à la surdité ?

Les conséquences sont variées et surtout liées à l’âge. Un enfant qui souffre de surdité, il est difficile de le maintenir à l’école conventionnelle. Nous saluons le travail qu’abat le CEFISE (NDLR : Centre de formation intégrée pour sourds et entendants) qui est une structure confessionnelle qui fait une formation intégrée des personnes audibles et des malentendants.

Chez l’adulte, c’est surtout des conséquences psycho-sociales. Sur le plan professionnel, c’est difficile.

Chez l’enfant se pose le problème de l’éducation. C’est également une personne qui va avoir tendance à vivre seule, isolée, parce qu’il ne peut pas communiquer, il se résigne.

 

Une personne frappée de surdité peut-elle en guérir définitivement ?

Je dis oui et non. A la lumière de ce que je vous ai dit, oui si la cause est curable, non si la cause n’est pas curable. Quelqu’un, par exemple, qui a une presbyacousie, une surdité liée à l’âge, c’est parce que les cellules de l’audition vont se dégrader au fur et à mesure et il n’y a pas de régénération, donc cette personne ne peut pas guérir définitivement. On est obligé de l’aider avec de l’appareillage. Mais quelqu’un qui a une infection de l’oreille avec une surdité et si on traite l’infection qui guérit, il va guérir de sa surdité.

Quelles sont les précautions à prendre pour éviter la surdité ?

Il faut éviter les traumatismes de l’oreille : gifler peut percer le tympan de la personne. Il faut éviter de mettre les objets pointus dans les oreilles pour nettoyer soit disant des saletés, il n’y a pas de saletés. L’organisme produit ce qu’on appelle le cérumen pour se protéger, l’oreille se protège avec le cérumen et vous nettoyez en introduisant des objets dans l’oreille. C’est vrai, que ça peut s’accumuler chez certaines personnes, mais le personnel médical est là pour cela. Il faut éviter les blessures de l’oreille, veiller à l’intégrité de l’organe de l’audition. Il faut éviter les bruits excessifs et je fais un clin d’œil surtout à la jeunesse qui utilise beaucoup de walkman, des écouteurs dans les oreilles, cela entraîne une destruction des cellules de l’oreille et elle est irréversible. Et ces personnes vont faire leur baisse de l’audition liée à l’âge plutôt que prévu. Quant aux bruits continus dans les industries, les gens doivent être préparés pour se protéger.

Si quelqu’un a des douleurs à l’oreille, il faut aller dans un centre médical et si le centre médical examine et voit qu’il a des soucis, il doit savoir référer aux structures compétentes.

Et surtout les corps étrangers dans l’oreille chez les enfants (cailloux, éponges,) si le personnel médical en périphérie ne peut pas l’enlever, qu’il le laisse et qu’il réfère l’enfant, parce qu’il y a des instruments adaptés à l’extraction de ce type de CE.  Parce que quand on tripote, on peut se retrouver devant des situations dramatiques où l’enfant perd carrément son audition.

Il faut aussi se vacciner contre la méningite, la rougeole.

Par Assétou Maïga

 

https://queenmafa.net/wp-content/uploads/2018/04/Bannie%CC%80re-QUEEN_1000x150px.jpg

Laissez votre commentaire ici !