Deux présumés trafiquants ont été interpelés avec 3 peaux de panthères et 2 peaux de lion dans la région de l’Est. Ces peaux prévues pour être commercialisées a-t-il poursuivi, et provenant du complexe ZAP ( W –Arly –Penddjari) ont été saisies le 17 décembre 2018 par la Direction des opérations du ministère de l’environnement,  de l’économie verte et du changement climatique (DOMEEVCC) du Burkina Faso.

Les espèces intégralement protégées notamment la panthère et celles partiellement protégées comme le lion, subissent quotidiennement l’incivisme des braconniers, a expliqué le directeur général du ministère de l’environnement Paul Djiemdé

 

Pour le secrétaire général dudit ministère, Dr Sibidou Sina, un safari lion coute environ 10 millions de FCFA.  « Vous n’imaginez pas les dégâts et le préjudice subi par notre ferme ». Ce préjudice est d’autant plus lourd que tous les acteurs de la chaine sont concernés et peut atteindre 30 à 40 millions a-t-il précisé.

Une action est engagée en justice pour situer les responsabilités et punir les fautifs.

Selon la loi N003-2011/AN du 5avril 2011portant code forestier au Burkina Faso, ces délinquants saisis encourent une peine de prison de 1 à 5ans et une amande pouvant atteindre 5millions de FCFA.

Et selon ce même code en son article 107 ; « les espèces fauniques sont classées en deux catégories : les espèces intégralement protégées et les espèces partiellement protégées ».

Les peaux confisquées ont été remises aux eaux et forêts pour être placées dans les musées abritant des trophées qui serviront à but pédagogique aux élèves forestiers et des mensurations permettront de déterminer l’âge approximatif de ces félins a-t-il conclu.

Le ministère est accompagné dans la lutte contre la criminalité faunique au Burkina par l’ONG « Conservation Justice », une ONG Belge dont le siège est au Gabon.

Téné Bénédicte OUEDRAOGO

Aminata GANSONRE

Laissez votre commentaire ici !