Énergie: l’Autorité de régulation du secteur de l’énergie dresse le bilan de 2019

157

L’année 2019 a été meilleure comparativement à 2018: c’est ce qui ressort du rapport de l’Autorité de régulation du secteur de l’énergie (ARSE). Le rapport a été présenté ce vendredi 29 janvier 2021, à Ouagadougou.

Selon le rapport 2019 de l’ARSE, la production, le transport, la distribution de l’énergie de même que les finances, ont tous connu une amélioration. Si l’on en croit la présidente de l’Autorité de régulation du secteur de l’énergie, cela découle des réformes engagées par le Gouvernement. «Ces réformes ont abouti à l’adoption de la loi 014 du 20 avril 2017 portant réglementation du secteur de l’énergie et la prise de certains de ses textes d’application», indique Mariam Gui Nikiema, présidente de l’institution.

Au titre des améliorations enregistrées courant 2019, l’on note entre autres: une augmentation de 7% de l’énergie totale du système (SONABEL et COOPEL interconnectées) passant à 1 989 GWh contre 1858 GWh en 2018, soit un surplus de 131 GWh; une réduction des pertes globales qui passent de 15,61 % en 2018 à 15,24%  en 2019 soit 0, 37% de taux global de pertes; Une baisse de 26%  de la production nationale (748 GWh contre 1016 GWh en 2018), du fait de l’augmentation des importations et de la contribution d’AGGREKO.

«Au regard des taux globaux, le taux d’électrification nationale s’élève à plus de 45% en 2019  contre 42,3% en 2018», souligne Mariam Gui Nikiema. «Pour ce qui est de l’accès à l’électricité lié au solaire en 2018, il est de 14% en milieu urbain contre 27,6% en milieu rural», poursuit_elle.

Sur le plan économique et financier, le rapport indique que la SONABEL a engrangé un résultat net positif pour la quatrième année consécutive, soit 2,266 milliards de F CFA en 2019, contre 9,104 milliards de F CFA en 2018.

Le rapport 2019 de l’Autorité de Régulation du Secteur de l’Energie (ARSE) comporte également des difficultés. Au nombre de celles_ci, il y’a l’insuffisance des investissements, une absence de réserve de production et une forte dépendance à l’égard des énergies fossiles importées.

« L’insuffisance des ressources financières et les lourdeurs des procédures de gestion financière et comptable sont les difficultés rencontrées » selon la présidente de l’ARSE.

Pour pallier ces insuffisances, l’ARSE a fait certaines recommandations. Il s’agit entre autres de la mise en place de la séparation comptable de la SONABEL et le paiement de la redevance énergétique. Au gouvernement, l’ARCE recommande de mettre à la disposition du régulateur, des ressources suffisantes pour les activités de régulation, de doter le régulateur du pouvoir d’octroi des titres d’exploitation et du pouvoir de fixation/régulation des tarifs de l’électricité.

F.D

 

 

 

https://queenmafa.net/wp-content/uploads/2018/04/Bannie%CC%80re-QUEEN_1000x150px.jpg

Laissez votre commentaire ici !