El Hadj Oumarou Soré, l’homme du Tipzanga

139
*****

On l’appelle l’homme du Tipzanga. Oumarou Soré trouve du plaisir depuis des années à guérir ses patients  par la médecine traditionnelle. 

Dans la brousse de Bobo Dioulasso, Oumarou Soré assistait son père lorsqu’il soignait les malades à base de plantes. L’ayant côtoyé des années durant, Oumarou Soré décide d’évoluer en 1982,  en solo et s’intéresse à presque tous les maux. « Je soigne du général : hypertension artérielle, diabète, ulcères, hépatites, cancers, drépanocytose, infections, fibromes, prostate etc. ».

Grâce aux plantes, il arrive à soulager ses malades et trouve une satisfaction en cela. Oumarou Soré reçoit en moyenne 20 femmes par semaine, mais aussi des hommes souffrant de faiblesse sexuelle, de prostate, d’hémorroïdes, etc.

Avant de traiter un malade, Oumarou demande à voir l’examen qui confirme son mal.  Le patient suit le traitement à la maison et à la fin du produit, il refait l’examen et ramène les résultats chez le guérisseur.  C’est le cas par exemple des maladies comme l’hépatite B, les fibromes, les cancers etc.

« Pour l’hépatite B par exemple, certains ont un taux élevé de virus et d’autres non. Le traitement dépend du nombre de virus. Le traitement peut prendre un mois et plus ». Oumarou travaille avec des agents de santé qui lui réfèrent souvent des malades, tout comme lui aussi réfère lorsqu’il s’agit d’une situation qui le dépasse.

Mais c’est surtout dans le traitement de la drépanocytose que le tradi-praticien a fait sa renommée. Convaincu du pouvoir de guérison de nos plantes, Oumarou Soré invite le gouvernement à investir davantage dans la médecine traditionnelle et à aider les tradi-praticiens à homologuer  leurs produits et à protéger leurs inventions.

Assétou Maiga

Contacts : 78 02 71 33/ 76 61 13 56

Publicités