Éducation financière : L’ONG voix de femmes outille les femmes

 

L’ONG voix de femmes a initié une session de formation en éducation financière au profit des femmes. Cette formation qui s’est déroulée du mercredi 02 au vendredi 4 mars 2022 permettra aux femmes de rehausser leur économie.  

C’est une formation initiée au profit des femmes victimes de violences basées sur le genre et celles dont les activités ont été affectées par la Covid-19.

La formation a porté sur la création et la gestion des activités génératrices de revenus, la budgétisation et l’épargne. La formatrice a conseillé aux femmes d’appliquer l’épargne dans leurs activités génératrices de revenus, chose sans laquelle elles ne peuvent parvenir à une autonomie financière.  « Nous avons échangé sur l’épargne pour faire comprendre aux femmes qu’elles doivent épargner pour être indépendantes demain », a confié Mirième Bado/Kyelem, formatrice.

Mirième Bado/Kyelem, formatrice.

La formatrice a également abordé la question de l’obtention des prêts, un maillon essentiel selon elle dans le développement des activités génératrices de  revenus. Confrontées le plus souvent au problème d’accès aux crédits, les femmes peinent à étendre leurs activités. Cet obstacle est souvent lié à l’ignorance des femmes sur la démarche à suivre pour obtenir les prêts et développer leurs activités. Consciente de cette réalité, la formatrice a révèlé aux femmes les pistes pour l’obtention des prêts et la conduite à tenir une fois qu’elles ont accès aux prêts.

« Nous avons aussi appris aux femmes que les prêts sont nécessaires dans le développement de leurs activités et nous leur avons montré comment et dans quelles mesures elles peuvent demander des prêts pour pouvoir travailler », a mentionné Mirième Bado/Kyelem, formatrice.

Les participantes ont salué l’initiative de la formation et traduit leur engagement à mettre en pratique tout ce qu’elles ont appris.

« Nous avons appris comment avoir des prêts pour développer notre activité et comment épargner pour agrandir notre activité. Cela va m’aider à mieux gérer mon commerce », Mariétou Ouédraogo, participante.

Mariétou Ouédraogo, participante.

 « La formation est très bénéfique pour moi car j’ai appris comment bien gérer mes revenus », ajoute Fatimata Kaboré, une autre participante

Raketa Ouangraoua, responsable du projet.

Cette formation est initiée dans le cadre de la mise en œuvre d’un projet dénommé « droits et santé des femmes au Burkina : prévenir et réduire les vulnérabilités en contexte de crise et post crise covid-19 ». Selon la responsable du projet, les participantes de la formation ont été sélectionnées dans 10 marchés et 20 gares. La formation de ces 50 femmes marque la seconde phase de la session initiée en faveur de 200 femmes  au total. « Nous avons déjà formé 150 femmes et c’est le denier groupe des femmes que nous venons de former », a précisé Raketa Ouangraoua, responsable du projet.

Après la formation, Chaque femme aura un compte avec un fonds. La caisse populaire s’est engagée à suivre ces comptes avec une mesure d’accompagnement plus renforcé.

https://queenmafa.net/wp-content/uploads/2018/04/Bannie%CC%80re-QUEEN_1000x150px.jpg

Laissez votre commentaire ici !