Une rencontre des acteurs du droit s’est tenue le samedi 20 juillet 2019 à Ouagadougou. Organisée par le Centre africain de droit international pénal et de droit humanitaire(CIMDH), dans le cadre  des 70 ans de  l’adoption des conventions de Genève sur le droit international  humanitaire, cette rencontre s’est déroulée sous la présidence de Maminata Ouattara, ministre des droits Humains et de la Promotion Civique.

70 ans après l’adoption des conventions de Genève sur le droit international  humanitaire, l’heure est au bilan pour les États de l’Afrique francophone. Dans le cadre de la commémoration de ces dites conventions, le Centre africain de droit international pénal et de droit humanitaire(CIMDH) a initié cette rencontre sous le thème « Application des conventions de Genève en Afrique francophone, quel bilan pour plus de protection de toutes les victimes des conflits armés ». Cette activité qui regroupe les acteurs du droit vise à faire l’état des lieux de l’application des principes de règle de protection à l’endroit des victimes lors des conflits armés.

Ils ont participé à la cérémonie

Au cours de la cérémonie d’ouverture, Maminata Ouattara, Ministre en charge des Droits Humains a indiqué que l’application de certaines lois sur le droit international humanitaire rencontre d’énormes défis que sont le terrorisme, les viols systématiques lors des combats et l’enrôlement des enfants dans les conflits armés. Elle a donc invité les acteurs du droit à mener des réflexions et dégager des perspectives pour que les cibles du droit international humanitaire bénéficient encore plus de protection lors des conflits armés.

Maminata OUATTARA, Ministre des Droits humains et de la Promotion civique

Maminata Ouattara a par ailleurs salué les efforts des différents acteurs qui travaillent à rendre effectif les règles du droit international humanitaire. Elle a également rendu hommage aux forces armées des pays en conflits qui continuent de faire respecter ces règles en dépit des différentes complexités qu’elles rencontrent sur le terrain.

Emile Ouédraogo, directeur exécutif du CIMDH

Emile Ouédraogo, directeur exécutif du CIMDH a souligné que cette commémoration sera marquée par une conférence sur l’actualité du droit international humanitaire. Il est également prévu des panels sur les questions des personnes déplacées, les questions des violations du droit qui seront développés par des personnes ressources venues de l’Afrique du Sud, du Canada, du Mali et du Burkina Faso a-t-il conclu.

En rappel, les conventions de Genève sur les principes de règle de protection des victimes des conflits armés ont été adoptées en Août 1949 par  les États au plan international.

Marie SORGHO

Laissez votre commentaire ici !