Diabète, obésité, âge… voici les facteurs de risque d’une fausse couche

104

Perdre un enfant en cours de grossesse est une expérience très difficile. Si elle peut toucher toutes les femmes enceintes, la fausse couche est favorisée par certains facteurs de risque. Les détails. 

La fausse couche est une épreuve terrible qui peut toucher n’importe quelle femme. C’est la raison la plus fréquente de perdre un bébé pendant la grossesse, selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Elle concernerait 10 à 15 % des grossesses déclarées, selon March of Dimes, un organisme qui travaille sur la santé de la mère et de l’enfant.

La fausse couche est une interruption spontanée de la grossesse qui survient, généralement, au cours des 5 premiers mois. On parle de fausse couche, quand un embryon ou un foetus est expulsé spontanément avant qu’il ne soit viable, c’est-à-dire avant 20 semaines de grossesse (ou 22 semaines d’aménorrhée).

Facteurs de risque

La fausse couche n’est pas forcément le signe d’une infertilité, car dans la majorité des cas, il s’agit d’un évènement isolé. Le plus souvent, on attribue la perte de grossesse à une anomalie. Elle peut aussi être liée à certains facteurs de risque, tels que :

  • L’âge : plus une femme est jeune, moins le risque de fausse couche est élevé. Selon une étude menée par des chercheurs de l’Institut norvégien de santé publique et publiés dans le BMJ, après 45 ans, le risque de fausse couche atteint 53%, alors qu’il n’est que de 10% chez les femmes entre 25 et 29 ans.
  • L’obésité : un indice de masse corporelle (IMC) égal ou supérieur à 25 peut faire baisser vos chances de tomber enceinte et augmenter le risque d’une fausse couche précoce.
  •  La consommation de certains produits : les drogues, le tabac et l’alcool peuvent augmenter le risque de fausse couche et entraîner des malformations, des troubles du développement et des addictions à la naissance. Attention aussi au café et au thé ! Consommée en trop grande quantité, la caféine peut avoir des conséquences néfastes sur votre grossesse. L’OMS recommande de ne pas dépasser 300mg de caféine par jour, ce qui correspond à environ deux tasses de café par jour ou 4 à 5 tasses de thé. Soyez vigilantes et préférez le décaféiné et les infusions !
  • Le diabète : s’il n’est pas pris en charge, il peut mettre votre grossesse en danger
  • Certains médicaments : l’aspirine et les anti-inflammatoires non stéroïdiens représentent un danger pour les femmes enceintes, surtout en début de grossesse. Méfiez-vous également des remèdes « naturels » car certaines plantes comme la sauge médicinale, l’artemisia ou la cascara peuvent s’avérer dangereuses. Consultez toujours un médecin avant de prendre un traitement tout au long de votre grossesse.

D’autres facteurs peuvent entrer en jeu, comme un stress ou un choc émotionnel, un choc ou des antécédents médicaux. En cas de recours à la procréation médicalement assistée (PMA) le risque de fausse couche est aussi plus élevé. Mais chaque femme et donc chaque grossesse est unique ! Si vous avez des inquiétudes, la meilleure chose à faire est d’en parler à un médecin, qui saura vous rassurer ou vous indiquez la marche à suivre pour vous assurer une grossesse en toute sérénité.

allodocteurs.africa

https://queenmafa.net/wp-content/uploads/2018/04/Bannie%CC%80re-QUEEN_1000x150px.jpg

Laissez votre commentaire ici !