C’est à la place de la nation de Ouahigouya que la population s’est réunie pour rendre un vibrant hommage à son fils Salifou Diallo, le jeudi 24 août 2017 dans la nuit.  Pour les filles et fils  du Yatenga, la disparition de l’illustre homme est une perte inestimable.Témoignages

                 Adama Siguiré, écrivain

                                        
 C’est une grande tristesse que j’ai ressentie quand j’ai appris son décès ce matin du 19 août 2017 alors que je venais de me réveiller. Je retiens de l’homme que j’ai connu pour la première fois en 1997 lors de l’ouverture du CEG de Thiou, alors que j’étais encore un collégien. J’ai  tout de suite remarqué qu’il était  un grand travailleur et un homme de conviction, toujours déterminé. Il a certes ses défauts, mais Salifou Diallo avait de grandes qualités qui m’ont beaucoup marqué et qui faisaient sa force et son succès. On pourrait le qualifier de simple politicien ou d’homme politique, sinon d’homme d’État. En réalité, il était les trois à la fois. Son décès est donc une énorme perte pour le Burkina qui avait toujours besoin de lui en ces moments difficiles. Puisse son âme reposer en paix sous cette terre libre du Yatenga que nous aimons tant.

 

 

 Salif Sawadogo, instituteur

La mort de Salifou Diallo est une perte inestimable pour le Yatenga en particulier, le Burkina en général et l’Afrique en tout. Il était honnête. Il ne cachait pas ses sentiments, pardonnait facilement, généreux, laborieux. Que le tout puissant nous octroie un autre Salifou Diallo. La valeur des hommes ‘’croyants’’ tolèrent cette affirmation.

 

 

 

Fatouma Sawadogo, animatrice

La mort de Salifou Diallo nous attriste tous. Il s’occupait de beaucoup de personnes. Cette disparition est une grande perte. Il a beaucoup contribué au développement de la ville. Il avait des projets pour les jeunes et surtout pour nous les femmes. Des projets qu’il ne pourra plus réaliser. Nous le pleurons tous.

 

 

 

Youssouf Ouédraogo, instituteur

 

La disparition brutale du Dr Salifou Diallo pour moi est vraiment une grande perte pour le Burkina Faso, mais surtout pour le Yatenga et la région du nord. D’abord, sur le plan social, sa générosité a permis à beaucoup de familles et à plusieurs personnes démunies d’avoir le sourire aux lèvres. Ensuite, sur le plan politique, c’était l’homme de la situation, le leader qui inspirait la jeune génération. C’est vrai que toute œuvre humaine n’est pas parfaite, mais si je devais noter son action, je lui donnerai la note de 17/20. Le vide qu’il a laissé sera difficilement remplaçable.

 

Afsétou Ouédraogo, Animatrice de soutien scolaire

 

Le yatenga vient de perdre un de ses dignes fils. C’était un homme de conviction qui a travaillé à l’édification de sa terre natale et de la nation entière.

 

   Illassa Belem, informaticien

Pour moi, la mort de Salifou Diallo est une perte pour la nation entière en particulier pour le grand yatenga. C’est une bibliothèque qui vient de brûler. Si je dis que sa mort est une perte, c’est parce qu’il est parti prématurément en laissant derrière lui une jeunesse qui avait tant besoin de lui pour des projets de développement, une jeunesse qui avait besoin de ses conseils. En conclusion, la mort de tonton Salifou pour moi, est comme un bébé qui vient de naître et qui meurt juste quelques heures après. Il était bien placé pour le développement du yatenga mais la mort l’a malheureusement trahi. Sa mort est donc triste et douloureuse à supporter. Paix à son âme

 

 

 Assétou Maiga

Laissez votre commentaire ici !