Déménagement des pensionnaires du Centre Delwendé : la crainte d’une seconde exclusion

245

 

Les femmes du centre Delwendé doivent plier bagages. Un nouveau centre a été construit pour les accueillir à Sakoula, une localité située dans l’arrondissement n°4 à la sortie nord de Ouagadougou. Un déménagement qui devrait, plutôt faire des heureux en cette période d’hivernage rencontre déjà des oppositions au niveau des bénéficiaires nonobstant le risque qu’elles côtoient.

La pluie des deux derniers jours a encore envahi les femmes du Centre Delwendé menaçant du coup la survie des pensionnaires comme à chaque saison hivernale. Vu la difficulté que vivent ces « mamans » pendant toutes les périodes pluvieuses, la Sœur Hortencia Filipe Sizalande a appelé au secours le ministère en charge de la Solidarité nationale. Lequel appel a répondu favorablement.

Ainsi, les premiers responsables dudit ministère ont fait une sortie dans la journée du 21 juillet 2016, pour leur apporter son soutien. Visiblement, cette visite n’a pas été du goût des pensionnaires car il a été question au cours de la rencontre de leur déménagement.

« Quand nous entendons Sakoula, nous perdons d’office l’appétit », laissent entendre certaines femmes. « Nous ne voulons pas aller à Sakoula. Nous voulons rester ici au centre Delwendé. Qu’ils construisent un mur entre le centre et le barrage et nous ne serons plus inondés », scande une autre en larme.

 

Selon la première responsable du Centre Delwendé, Sœur Hortencia Filipe Sizalande, Sakoula manque de quelques commodités notamment l’eau potable, l’électricité et le transport. Une fois que toutes ces difficultés sont résolues, il n’y a pas de raison que les « mamans » refusent à y aller, se convainc-t-elle.

 » Déployer ces femmes à Sakoula n’est pas une seconde forme de marginalisation »

   

Le centre de Sakoula est un espace logé au cœur d’un village paisible qui a sa population et sa réalité avec des bâtiments construits en dur et équipés. C’est cet endroit qui va désormais accueillir les pensionnaires du Centre Delwendé.

 

Selon le ministre en charge de l’Action sociale, Laure Zongo, le centre de Sakoula est une réponse aux besoins immédiats. « Déployer ces femmes à Sakoula n’est pas une seconde forme de marginalisation, mais une volonté du gouvernement à les éloigner de potentiels catastrophes », explique le ministre et de poursuivre que l’exclusion sociale est une problématique que le gouvernement tente par tous les moyens d’enrayer. Elle a par ailleurs rassuré que tous les efforts seront conjugués pour mettre ces femmes dans de bonnes conditions à Sakoula.

 

« Pas de crainte pour l’électricité et l’eau, il y a un forage qui a été réalisé par l’UNICEF pour ravitailler nos mamans en eau potables et la SONABEL s’activera à installer le compteur dans le plus vite possible », rassure-t-elle.

En rappel le nouveau centre a été construit sur les fonds mobilisés dans le cadre de l’appel à la solidarité nationale et internationale lancé pour venir en aide aux victimes du 1er septembre 2009.

D’un coût de 400 millions FCFA, il est bâtit sur une superficie de 4000 mètre carré et inauguré depuis novembre 2011. Et jusque-là, les locaux attendent toujours ses nouveaux pensionnaires.

                                                                           Issa KARAMBIRI

                                                        Karambiri.issa@gmail.com

 

 

Alire aussi :  

Centre Delwendé : les confidences de deux «mangeuses d’âmes»

Laissez votre commentaire ici !