Délestage à Ouaga: Mes questions à la SONABEL

0
211

Depuis l’amorce de la période de chaleur, nous assistons impuissant à une escalade de délestages dans la ville de Ouagadougou. Durant ces derniers jours le constat est amère: impossible de travailler une heure d’affiler sans que la SONABEL ne nous rappelle que c’est en partie grâce à elle que nous gagnons notre pain quotidien. Cependant, dame SONABEL n’oublie t-elle pas aussi que c’est grâce à notre travail que nous lui réglons la facture de son électricité surtaxée et incluant des payements de redevances à vie. Mais que disent les premiers responsables de la SONABEL ?

C’est le silence radio, comme pour signifier à ces nombreux clients : « circulez, il n’y a rien à voir ici. Désormais, nous travaillons conformément à un nouveau slogan ne rien dire, ne rien faire et supporter  « .
C’est pourquoi, nous nous permettons de poser légitiment ces questions :

-Pourquoi  ce silence irritant de la SONABEL ?
-Pourquoi le programme de délestage n’est-il pas respecté ?
-Comment le gouvernement compte –t-il améliorer le quotidien des burkinabè à travers le PNDES si la SONABEL nous impose à tous le chômage technique ?
-Qu’est-ce que la plus grande centrale solaire de l’Afrique de l’Ouest va-t-elle nous apporter concrètement ?
-Existe-t-il vraiment une politique énergétique crédible capable de soutenir notre élan de développement à court et à long terme ?
-N’est-il pas temps de faire appel à tous ces valeureux fils et filles du Burkina, à l’intérieur comme à l’extérieur du Pays, ayant des compétences avérées dans le domaine de l’énergie, sans considération de bord politique afin de trouver une solution définitive à la question énergétique ?

En attendant la réponse à mes questions, je souhaite à tous les fidèles musulmans un bon mois de carême, même si celui-ci risque d’être marqué en cette période caniculaire, par l’absence de climatisation, de ventilation, de glace et de boisson fraiche.

Sarah Traoré

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here