Défis énergétiques: la SONABEL ouvre ses portes au public

391

La société nationale d’électricité du Burkina (SONABEL) ouvre ses portes au public du 22 au 24 mars 2019. Une initiative qui a pour objectif de permettre au public, plus précisément ces abonnés de mieux connaître la structure et surtout de connaître les défis auxquels elle   fait face. Ces 72h sont placé sous le thème :  » enjeux et défis du mix énergétique au Burkina Faso « .

Il fait chaud et comme toujours c’est en ces périodes qu’on consomme le plus souvent beaucoup d’énergie. Ce qui amène chaque année les clients de la Sonabel à se plaindre des difficultés qu’ils rencontrent en espérant toujours un changement. Pour mieux renseigner ses clients, la structure leur ouvre ses portes et cela durant 72h.

Ces 72h offre une occasion pour la Sonabel, ses consommateurs et ses partenaires, de briser la glace, de discuter sur les contraintes et les limites liés à la production, au transport et à la distribution de l’énergie « Notre plus grand souhait est que les usagers de l’électricité comprennent mieux les difficultés auxquelles nous faisons face au quotidien et qu’ils nous accompagnent davantage par leurs suggestions », a déclaré le directeur général de la Sonabel, François de Salle Ouédraogo,

Selon ce dernier, les moyens dont dispose sa structure sont insuffisants pour satisfaire toute sa clientèle. Mais il travaille avec son équipe à l’amélioration de ce service avec le concours de l’État et de ses partenaires techniques et financiers. Il poursuit en ajoutant qu’il s’est doté de moyens de paiement électronique qui vont désormais faciliter la tâche de ses clients. Et il va plus loin en disant que 70% des clients prépayés l’utilisent déjà.

Saluant cette initiative de rapprochement avec la population pour partager avec elle son mode de fonctionnement, les défis et les difficultés auxquelles elle est confrontée chaque jour, Bachir Ouédraogo, le ministre de l’énergie n’a pas manqué de souligner  les  efforts  par la Sonabel pour fournir l’électricité aux populations. Il en veut pour preuve, la construction de la centrale de Kossodo qui va produire 50 MW, l’étude de faisabilité de projet back-up solaire de la sous-région lancé la semaine dernière et une autre centrale de Gounghin qui sera opérationnel dans 2 semaines. Par ailleurs, le secteur a été libéralisé pour permettre aux privés d’investir.

 

Le secteur privé est aussi invité à accompagner la Sonabel

 

Toutefois a précisé l’État à lui seul ne peut pas tout faire malgré sa bonne volonté. C’est pourquoi il invité les uns et les autres à soutenir la société nationale d’électricité. « Nous avons besoin de votre accompagnement, de votre compréhension pour qu’ensemble, nous puissions y arriver. Le secteur privé est aussi invité à accompagner la Sonabel », t-il expliqué.

Après avoir visité des stands sur place au siège de la Sonabel, il s’en est suivi celle de la centrale de Komsilga. Là-bas la centrale fonctionne depuis 2012 avec 6 groupes. Il est clair que le groupe fonctionne contrairement aux rumeurs, note Ibrahim Bamogo , techniciens et guide du jour.

Non seulement ça travaille et cela durant 8h et des agents y travaillent avec un relais.Cette centrale produit 90 méga watt ce qui est insuffisant.

La journée s’est terminée par la visite de la centrale solaire de Zaktouli qui dispose de près 56 hectares avec plus de 150 plaques solaires pour une énergie de 260 watt par m2, tout ceci dans une structuration de 1800 avec 72 modules (inclinaison).

Les journées portes ouvertes se poursuivront les prochaines jours par des conférences publiques autour du thème et sur la gestion commerciale à la SONABEL en l’occurrence, la « problématique de la facturation de l’énergie ainsi que par des visites guidées sur les installations thermiques et solaires

Aminata GANSONRE

Laissez votre commentaire ici !