Découvrez l’histoire profonde et mystérieuse de “Mami Wata”, la déesse de la mer africaine

137

Mami Wata”, ce célèbre nom d’une déesse de la mer d’origine africaine, s’est enraciné dans les histoires de spiritualité des Noirs, en Afrique et à l’étranger, mais très peu de gens connaissent l’histoire de cette déesse.

“Mami Wata” est largement considérée par beaucoup d’Africains comme l’une des divinités les plus puissantes au monde.

Bien qu’elle soit considérée comme l’un des symboles des religions traditionnelles africaines, il est très courant de voir des chrétiens et des musulmans qui la vénèrent.

Cette créature féminine mi-poisson mi-humain de l’eau est très respectée, crainte et vénérée présentant un équilibre entre l’existence sombre, divine, mystérieuse et angélique. L’histoire de cette déesse est très intéressante.

Bien qu’elle soit considérée comme une adaptation de la sirène occidentale, “Mami Wata” est une divinité qui existe en Afrique depuis la nuit des temps.

Elle remonte aux premières sociétés africaines, selon le récit des griots et des gardiens de l’histoire. Le mythe de la création Dogon raconte l’histoire de “Mami Wata” et retrace son existence à plus de 4000 ans.

Les mythes mésopotamiens parlent aussi de la grande déesse de l’eau dans leur histoire de création connue sous le nom de “Mami Aruru”, ce qui signifie “créatrice de la vie”.

Le nom “Mami Wata” remonte aux premières langues de nombreuses sociétés africaines modernes d’aujourd’hui. La première racine de son nom proviendrait des sociétés coptes éthiopiennes et égyptiennes.

Dans la langue copte éthiopienne, le mot “mama” est utilisé pour décrire la vérité et la sagesse et le terme « uat-ur » signifie océan.

Une autre définition du nom remonte aux débuts de la société soudanaise où le mot « wata » désigne une femme. Le nom est souvent lié à une seule entité, mais il représente le plus fort et le plus significatif de tous les esprits de l’eau qui existent.

La divinité incarne le mal et le bien. Les récits racontent que beaucoup d’hommes ont été capturés par la divinité pour sa propre satisfaction. Les femmes qui ne sont pas humbles parce qu’elles sont dotées d’une beauté incroyable sont souvent rendues stériles jusqu’à ce qu’elles compensent la déité.

Le rôle principal de “Mami Water” est de fournir une guérison spirituelle et matérielle à ses fidèles, tout en protégeant leur santé émotionnelle et mentale et leur croissance. Elle est la protectrice des plans d’eau.

Même aujourd’hui, beaucoup de groupes traditionnels en Afrique ne vont pas à la plage ou à la pêche certains jours afin d’apporter la paix à la maison de la divinité de l’eau.

Pour beaucoup d’Africains qui se trouvent dans le monde occidental, en particulier dans les Caraïbes et en Amérique du Sud, la divinité aurait voyagé avec eux sur l’océan Atlantique pour les protéger et porter une partie de leur douleur.

Elle aurait fait chavirer de nombreux navires négriers qui n’arrivaient plus à leurs destinations occidentales, surtout pendant la période de l’abolition de la traite négrière.

Aujourd’hui, de nombreux chercheurs occidentaux pensent que “Mami Wata” est une adaptation du mot sirène adaptée.

Crédit photo : ghanasummary

Laissez votre commentaire ici !