Déclaration WILPF Afrique à l’occasion de la Journée panafricaine de la femme

Le 31 juillet 2022 marque le 60e anniversaire de l’Organisation panafricaine des femmes (OPAF), qui est la première organisation collective de femmes en Afrique. PAWO a contribué à la lutte pour la libération du continent du colonialisme, l’élimination de l’apartheid et l’éradication des inégalités entre les sexes, de la discrimination et des injustices à l’égard des femmes. Dans cette déclaration, les sections et les groupes WILPF Afrique honorent les sacrifices et le travail acharné de leurs aïeules.

Aujourd’hui, WILPF Afrique se joint au continent et au reste du monde pour célébrer la Journée panafricaine de la femme. Il y a soixante ans, le 31 juillet 1962, des femmes africaines de tous horizons se sont réunies pour appeler à la formation de l’Organisation panafricaine des femmes(OPAF).

Depuis lors, en tant que femmes africaines, nous célébrons la Journée panafricaine de la femme le 31 juillet pour honorer les sacrifices et le travail acharné de nos aïeules, qui sont les titans de l’égalité des sexes. PAWO a célébré son jubilé de diamant cette année, et la Commission de l’Union africaine a consacré tout le mois de juillet comme mois de la femme africaine pour honorer cette étape importante. PAWO a mis en œuvre la décennie des femmes africaines 2010-2020 sur les « Approches locales de l’égalité des sexes et de l’autonomisation des femmes (GEWE) ».

PAWO, en partenariat avec de nombreuses organisations de défense des droits des femmes sur le continent, ont plaidé pour l’adoption de la Décennie de la femme africaine et les membres de l’OPF au niveau national ont soutenu la mise en œuvre de dix domaines thématiques de la Décennie. Nous célébrons les initiatives concrètes et fondées sur des preuves de PAWO sur le continent et il est important qu’à l’avenir nous puisions dans leur sagesse pour que nous puissions poursuivre l’excellent travail qui est en cours.

Alors que nous célébrons les mouvements de femmes africaines, nous reconnaissons les grands progrès que le continent a accomplis pour assurer l’égalité des sexes, l’autonomisation des femmes et les droits des femmes. L’Agenda 2063 de l’UA a été adopté à l’unanimité en 2013 et place l’égalité des sexes au centre des objectifs de développement. Ce mois-ci (juillet), la CUA et la PAWO ont organisé des événements commémoratifs d’un mois sous le thème : « Journée de la femme en Afrique – Vers la promotion du capital humain des femmes pour un développement durable inclusif : Lutter contre le fléau de la violence, tout en renforçant la sécurité alimentaire et une bonne nutrition en Afrique ».

Ces thèmes sont un véritable reflet des défis et des luttes de la plupart des femmes africaines. La majorité des femmes des zones rurales et des communautés marginalisées sont affectées par des facteurs structurels qui entravent leur participation significative dans les secteurs économiques et politiques, ce qui creuse encore les écarts d’inégalité à cette époque, où nous appelons à l’égalité des sexes. Cela devrait nous pousser tous à veiller à ce que nous abordions ces luttes.

L’insécurité alimentaire est un défi majeur dans la plupart des ménages africains, les femmes portent le poids de ce défi car elles sont les seules pourvoyeuses de nourriture. Les femmes des zones rurales sont affectées par la crise climatique, tandis que celles de la plupart des centres urbains sont affectées par les politiques économiques qui ne prennent pas en compte le secteur informel.

Par conséquent, il est important que les questions de justice financière et économique pour les femmes africaines soient abordées. La violence à l’égard des femmes et des filles, qui a explosé pendant la pandémie de COVID-19, est également un cancer auquel il faut s’attaquer. Cultivons la masculinité positive dans le leadership parce que les femmes sont à la traîne des hommes en matière de capital humain et d’indicateurs connexes. La pandémie de COVID-19 a sapé l’accumulation de capital humain et les progrès sur le front de l’égalité des sexes.

WILPF Africa recommande les interventions suivantes :

  • – Mise en œuvre de politiques économiques et sociales qui soutiennent l’autonomisation économique des femmes
  • – Opportunités accrues pour les voix des femmes
  • – Création d’environnements permettant aux femmes d’exercer un leadership et de prendre des décisions
  • – Renforcer le rôle du secteur privé dans l’autonomisation économique des femmes
  • Nous souhaitons à toutes les femmes africaines une bonne journée panafricaine de la femme !

WILPF Africa Women’s International League for Peace and Freedom WILPF Cameroon WILPF Ghana WILPF SMART Everyday Feminism Feministing.com

https://queenmafa.net/wp-content/uploads/2018/04/Bannie%CC%80re-QUEEN_1000x150px.jpg

Laissez votre commentaire ici !