Dame S, son ami et les 25 millions

0
132
*****

« Dans la main d’un ami, il faut déposer sa confiance » disait une citation. Dame S. semblait l’avoir bien comprise,  raison pour laquelle elle avait une   confiance totale  en son promotionnaire et ami K. de sorte à lui confier son pactole. Malheureusement cette confiance sera la cause de sa mésaventure avec ce dernier.

« Dans la main d’un ami, il faut déposer sa confiance » disait une citation. Dame S. semblait l’avoir bien comprise,  raison pour laquelle elle avait une   confiance totale  en son promotionnaire et ami K. de sorte à lui confier son pactole. Malheureusement cette confiance sera la cause de sa mésaventure avec ce dernier.

Dame S. et K. sont des amis d’enfance. Ils ont cheminé ensemble de l’école primaire au lycée. Aujourd’hui, Dame S. vit à l’étranger  mais les liens sacrés d’amitié sont maintenu grâce aux nouvelles techniques de l’information et de la communication. Mariée à un européen Dame S. travaille depuis quelques  années au pays de son époux.

Ayant compris que  lorsque l’on vit à l’étranger, il faut toujours chercher à investir dans son   pays natal Dame S. achète une parcelle à Ouagadougou pendant ses vacances. Elle ouvre par la suite  un  compte dans une banque de la place et y place  une grande somme d’argent. N’étant pas sur place à Ouagadougou pour la construction de sa parcelle, elle signe une procuration au nom de son «  ami » K. qui devrait superviser  les travaux.

  Dame S. retourne en Europe, loin de s’imaginer une telle suite des événements. Son  ami  S,  a commencé à retirer de l’argent dans le compte de dame S. Il construit une petite maison dans la parcelle de celle-ci  et prend des photos d’une luxueuse villa   pour envoyer à son amie.

Pendant ce temps, il refait  la maison de son géniteur, octroie des financements à ses sœurs et s’achète une luxueuse voiture.

Une fois au Burkina, Dame S. retrouve une maisonnette sur sa parcelle et se rends compte que  près de 25 millions qui a été retirés dans son compte.

Elle se rend à la gendarmerie et on lui fait savoir qu’il fallait se référer à la justice.

Obligée repartir en Europe pour  fin de congés, Dame S. décide de laisser S. avec sa conscience. Comme s’il en avait une !!

Tienfola.

Publicités

Laissez votre commentaire ici !