Cour pénale spéciale pour la Centrafrique : la magistrate Burkinabè Adélaïde Dembélé a prêté serment

4
*****

Nommée en avril 2017, juge d’instruction à la Cour pénale spéciale pour la Centrafrique (CPS), après appel à candidatures à l’échelle internationale, la magistrate Adelaïde Dembélé a prêté serment le 19 octobre 2018 au cours d’une audience solennelle à la Cour de cassation de Bangui en présence du président centrafricain, Faustin Archange Touadéra.

La Cour pénale Spéciale pour la Centrafrique (CPS) est compétente pour enquêter, instruire et juger les violations graves des droits de l’Homme et les violations graves du droit international humanitaire, commis sur le territoire de la République centrafricaine depuis le 1er janvier 2003.

Sur le site de la CPS, on découvre une biographie du juge d’instruction international Adelaïde Dembélé : »Rendre la Justice est un sacerdoce” est la déclaration de foi du magistrat burkinabè Adélaïde Dembélé.

Titulaire d’une maitrise en Droit, option Droit Public de la Faculté de Droit et de Sciences politiques de l’Université de Ouagadougou, et du Diplôme du cycle A de la Magistrature de l’École Nationale d’Administration et de Magistrature de Ouagadougou (ENAM), (promotion 1995-1996), Adélaïde Dembélé a commencé sa carrière professionnelle en Octobre 1996 comme juge d’instruction puis comme juge au siège au Tribunal de grande Instance de Ouagadougou avant de rejoindre la Chancellerie en 2004 comme chef de service à la direction de la documentation et de la législation.

Elle a représenté le Burkina Faso dans les travaux d’élaboration des textes sur la transformation du Secrétariat Exécutif de la CEDEAO en Commission et de la restructuration de ses Institutions (2005-2006). Expert du Burkina Faso dans le cadre de l’élaboration du Manuel de Formation de base en matière de Trafic illicite de migrants par l’ONUDC (2008-2009), la juge Dembélé sera Consultant National du Programme IMPACT LED du Bureau Régional de l’ONUDC ROSEN pour l’élaboration d’un avant-projet de loi portant prévention et répression du trafic illicite de migrants (2010).

Adélaïde Dembélé va s’intéresser à la lutte contre la corruption et à ce titre elle sera co-expert juridique national chargée de l’évaluation du Rwanda et du Mozambique dans la mise en œuvre de la Convention des Nations Unies contre la Corruption.

Elle va poursuivre sa carrière comme magistrat, chef de Département des affaires juridiques et institutionnelles à la nouvelle structure de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme(2008 – 2014). Elle sera expert juridique chargée de l’évaluation en matière de lutte contre le blanchiment de capitaux et de financement du terrorisme.

De février 2014 à août 2017, Madame Adélaïde Dembélé a exercé comme Conseiller en poursuites à la Cellule d’Appui aux Poursuites(CAP)/Section d’appui à la justice et à l’administration Pénitentiaire de la Monusco ( République Démocratique du Congo), et Team Leader de la CAP.

Engagée dans la lutte pour l’indépendance de la magistrature, la magistrate Dembélé est membre du Syndicat Burkinabè des Magistrats. Elle est également membre de l’Association des femmes magistrats et a occupé les fonctions de commissaire aux comptes.

Très active dans les mouvements associatifs, elle est membre de la Jeune Chambre Internationale (JCI) depuis 1996 et sénateur de la JCI sous le numéro 64908, membre du Lions Club International depuis 2001et présidente de son club en 2011, Juge Dembélé est également membre du Toastmaster International depuis 2005et a participé à de nombreux congrès et conventions régionaux et internationaux. Elle est chevalier de l’Ordre national du Burkina Faso depuis décembre 2014.

                                                                                                               DCPM/Justice

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here