Consommons Burkinabé : un livret de 30 recettes à base de maïs désormais disponible

337

Le ministère en charge de la recherche scientifique en collaboration avec l’agence nationale de la valorisation des résultats de la recherche et des innovations ont procédés ce jeudi  9 mai 2019 à la présentation  officielle du livret de produits et mets à base de maïs. Constitué de 30 recettes  toutes  concoctées à base de grains de maïs, ce livret a pour objectif de contribuer à l’amélioration de la compétitivité des filières agricoles dans l’espace UEMOA.

Farine, semoule pour bouillie, couscous précuit assaisonne, grumeaux pour bouillie, biscuits, tortillas, chips, galettes, gâteaux fourres, koura koura, tô, gaonré, jus etc. Tout à base de grains de maïs, ce sont entre autres des recettes que le livret vous livre.

Ce livret de recettes a été réalisé grâce aux concours de de l’UEMOA et de l’agence nationale de valorisation des résultats de la recherche et des innovations (ANVAR).  Un livret de 135 pages qui enseigne la préparation de 30  plats confectionnés à base de maïs.

 

 

Cet ouvrage participe de la la promotion de la transformation du grain de mais pour l’alimentation humaine, nous a confié le Dr Urbain Coulidiaty, ministre délégué du ministère en charge de la recherche scientifique. Pour lui les principaux produits et mets à base de maïs consommés au Burkina y sont bien présentés  ainsi que leurs procédés de fabrication.  Il appelle les consommateurs à l’utiliser afin de mieux consommer le maïs.

 

Pour le Dr Louis Sawadogo, directeur général de l’agence nationale de la valorisation des résultats de la recherche et des innovations (ANVAR), le document se veut être un outil de valorisation et de vulgarisation de mais à la disposition de tous les acteurs intervenant dans les différents maillons de cette filière. Le mais est la céréale le plus cultivée dans l’ensemble des pays membres de l’UEMOA.

Et il occupe la deuxième place en terme de consommation après le riz. L’ANVAR  fonde l’espoir que le livret contribuera à la lutte pour l’atteinte de la sécurité alimentaire et nutritionnelle au sein de l’Union à travers la fabrication de mets variés et de bonne qualité de même que l’utilisation rationnelle et optimale des équipements et moyens de transformation.

Mis en œuvre en 2015 par UEMOA après 5ans d’études, ce projet de valorisation des variétés de maïs à haut rendement concerne notamment le Burkina Faso, le Mali et le Niger.  Et pour cette première phase du projet l’UEMOA  a déboursé un finacement de 1 150 000 000 FCFA de (un milliard cent cinquante millions de franc).

                                                         Aminata GANSONRE

Laissez votre commentaire ici !