Chenille de karité : Une vraie richesse nutritionnelle selon les scientifiques

298

Communément appelées « chitoumou » (en langue locale dioula), les chenilles de Karité sont des insectes beaucoup consommées dans la région de l’Ouest du Burkina Faso. Elles sont le plus souvent collectées pendant la saison pluvieuse entre juillet et septembre pour être commercialisées. Mais au-delà du profit que l’on peut se faire à travers des chenilles, elles sont d’une richesse nutritionnelle importante dévoilée à travers une étude sur les insectes comestibles du Burkina.Les chenilles ont une richesse énergétique et protéique, c’est du moins ce que révèle l’étude sur les potentialités nutritionnelles et propriétés fonctionnelles des insectes comestibles au Burkina Faso. Les chenilles sont riches en calcium, potassium, en vitamines A et E, en phosphore, magnésium et fer. Leur consommation est recommandée avec modération à cause de leur richesse énergétique et protéique.

Aminata Séré, doctorante en Biochimie et initiatrice de ladite étude, a révélé que la chenille a une teneur en protéine très élevé, des acides aminés essentiels que l’organisme ne peut pas synthétiser. Elle a par ailleurs déclaré que la chenille à elle seule permet de couvrir les besoins en acides aminés. Elle contient également des acides gras, des oméga 3 et des oméga 6. La chenille a donc des teneurs assez intéressantes pour pouvoir couvrir les besoins de l’organisme à ces différents acides aminés essentiels.

Au travers de l’étude sur les potentialités nutritionnelles et propriétés fonctionnelles des insectes comestibles au Burkina Faso, Aminata Séré a indiqué les protéines que contiennent les chenilles peuvent être extraites et incorporés dans d’autres aliments pour consolider les compléments nutritionnels.

Aminata Séré, doctorante en Biochimie
Aminata Séré, doctorante en Biochimie

Au cours de cette étude, l’huile de chenille est extraite à froid pour en faire des concentrés de protéines « Nous avons décidé de faire des concentrés de protéine à base de ces insectes, et on peut les incorporer dans d’autres aliments pour faire la biofortification. Et les concentrés de protéines que nous avons pu faire à base de ces insectes ont des teneurs en protéines qui vont jusqu’à 80% et permettent de couvrir les besoins en acides aminés essentiels et ils sont vraiment digestes » a-t-elle confié.

L’étude sur les potentialités nutritionnelles et propriétés fonctionnelles des insectes comestibles du Burkina Faso a couvert 9 zones où les insectes sont consommés. La même étude a également révélé que 7 espèces d’insectes sont consommés au Burkina parmi lesquels les plus connus sont les criquets, les éphémères thermiques, la chenille du karité et les scarabées.

Marie Sorgho

Laissez votre commentaire ici !