Changements climatiques : les femmes pastorales en conclave

54

Contribuer à l’atténuation des effets des changements climatiques à travers les savoirs traditionnels des femmes pastorales : tel est l’objectif que s’est fixé l’association Tin Hinan par la tenue de cet atelier sous régional. Les travaux qui dureront 48h ont démarrés dans la matinée du lundi 16 novembre 2020 à Ouagadougou.

Organisé par l’association Tin Hinan en partenariat avec AYNI/FIMI, l’atelier a réuni les femmes de la sous-région Ouest-africaine qui œuvrent dans le domaine pastoral.  Cette rencontre se veut être un cadre d’échanges intergénérationnels sur les changements climatiques et la biodiversité. Il s’agira de renforcer les capacités d’adaptation et d’atténuation des femmes pastorales du sahel pour leur permettre de mieux faire face aux effets néfastes du changement climatique. « Nous allons rappeler le processus international de lutte contre les effets des changements climatiques, de protection de la biodiversité et échanger avec ces communautés qui sont en majorité des femmes pastorales », explique Saoudata Aboubacrine, secrétaire générale de l’association Tin Hinan.

Saoudata Aboubacrine

Cet atelier sera également l’occasion pour les participantes d’échanger sur leurs contributions pour le maintien de la cohésion sociale et de la paix au regard du contexte actuel dans la plupart des pays du sahel. « Elles viennent des zones où l’insécurité est récurrente ; elles la vivent quotidiennement donc nous voulons avoir leurs recommandations sur le sujet », indique Saoudata Aboubacrine.

A travers le projet « Valorisation des savoirs et savoir-faire des femmes pastorales du sahel dans le domaine de l’atténuation et l’adoption aux changements climatiques », Tin Hinan mène des actions d’aménagement des jardins botaniques ainsi que de renforcement des capacités des bénéficiaires dans le domaine forestier. Financé par le Fond des Femmes Autochtones(FIMI), ce projet d’une durée de 28 mois se réalise au Burkina Faso et au Mali. Il bénéficiera à 230 personnes dont 156 femmes et 24 hommes.

Valérie Sanou

Tout en saluant l’initiative de l’association Tin Hinan, Valérie Sanou, représentante de la Ministre en charge de la femme, de la solidarité nationale, de la famille et de l’action humanitaire, soutient que celle-ci s’inscrit en droite ligne avec la promotion de la prise en compte du genre dans toutes les actions de développement. Si l’on en croit ses propos, le présent atelier permettra aux femmes de mieux contribuer à la lutte contre le changement climatique.

Enregistrée en 1997 au Burkina Faso, Tin Hinan est une association qui œuvre pour l’épanouissement des femmes nomades.

Faridah DICKO

Laissez votre commentaire ici !