Cette mère a donné naissance à 44 enfants

389

Une mère ougandaise a été interdite de donner à nouveau naissance à un bébé, après avoir déjà eu 44 enfants, indique le Sun.

Un an après son mariage, à l’âge de 12 ans, Mariam, une Ougandaise, a donné naissance à des jumeaux. Cinq autres paires de jumeaux les ont suivis, ainsi que quatre séries de triplés et cinq séries de quadruplés.

En Ouganda, le taux de fertilité moyen est de 5,6 enfants par femme, l’un des plus haut du continent (et plus du double de la moyenne mondiale, selon la Banque mondiale). En Belgique, il est de 1,7. Mais même dans ce pays, au taux de fertilité impressionnant, la famille de Mariam fait office d’exception.

Prédisposition génétique

Après la naissance des premiers jumeaux, son gynécologue a constaté qu’elle avait des ovaires « exceptionnellement gros ». Il lui a en outre déconseillé la pilule, expliquant que ça pourrait lui causer des problèmes de santé.

Peu de temps après, Mariam a été abandonnée par son mari. Ainsi, il y a trois ans, elle s’est retrouvée seule pour élever et prendre soin de 38 enfants. La famille a sombré dans la pauvreté. Aujourd’hui, ils vivent ensemble dans quatre petites maisons faites de blocs de ciment et recouvertes de tôle. Douze enfants dorment dans des lits, certains sur des matelas posés à terre. D’autres encore, se contentent du sol.

Mariam évoque son mari avec rancœur. « Il m’a fait beaucoup souffrir… Tout mon temps, je le consacre à m’occuper des enfants et à gagner de l’argent. » Afin de pouvoir assumer la nourriture, les soins médicaux, les vêtements et les frais de scolarité, Mariam fait un peu de tout : coiffure, décoration d’événements, collecte et vente de ferraille, fabrication de gin local et vente de médicaments à base de plantes.

Dans cette famille extraordinaire, tout le monde met la main à la pâte et participe aux tâches ménagères. Les plus âgés s’occupent des plus jeunes. Son fils le plus âgé, de 23 ans, a arrêté ses études pour travailler et pouvoir soutenir la famille financièrement.

Après une enfance tragique (sa belle-mère a empoisonné et tué ses cinq frères et sœurs), l’unique désir de Mariam était de reconstruire une famille. Aujourd’hui, son seul souhait est que ses enfants soient heureux.

Source:fr.metrotime.be

Laissez votre commentaire ici !