CES SOUDANAISES QUI SE FONT « EXCISER » POUR REDEVENIR VIERGE

193

Certaines femmes au Soudan choisissent de subir une mutilation génitale féminine (MGF) un mois ou deux avant leur mariage pour prétendre être vierges.


C’est le cas même si la plupart d’entre elles ont déjà été excisées en tant que filles – ce qui arrive généralement entre l’âge de quatre et dix ans.
Dans le pays majoritairement musulman, cela peut impliquer l’ablation du clitoris et des lèvres et comprend souvent des points de suture pour rétrécir l’ouverture vaginale – un processus connu sous le nom d’infibulation.

Ces points de suture s’enlèvent quand une femme fait l’amour.

Si une future mariée opte pour d’autres MGF, l’opération, généralement pratiquée par des sages-femmes, peut impliquer de couper davantage les lèvres et de recoudre le vagin.
‘Je ne pouvais pas marcher pendant des jours’
« C’était si douloureux et j’ai dû rester avec une amie pendant des jours jusqu’à ce que je me rétablisse parce que je ne voulais pas que ma mère le sache « , dit Maha, une soudanaise qui a requis l’anonymat pour que son identité puisse être protégée.

« Uriner était un problème et je ne pouvais pas marcher correctement les premiers jours. »

Maha a subi l’opération à deux mois de son mariage avec un homme « un peu plus âgé » qu’elle.
« Il n’aura jamais eu confiance en moi s’il découvre que j’ai eu des relations sexuelles avant notre mariage « , dit-elle.
« Il m’interdirait de sortir ou même d’utiliser le téléphone. »
Cette diplômée d’une vingtaine d’années vient d’un État du nord du Soudan, qui interdit les mutilations génitales féminines.

Types de MGF :
Type un : Clitoridectomie – ablation partielle ou totale du clitoris
Type deux : Excision – ablation du clitoris et des lèvres, avec ou sans les lèvres externes.
Type trois : Infibulation – excision, ablation d’une partie ou de la totalité des organes génitaux externes et suture ou rétrécissement de l’ouverture vaginale.
Type quatre : Tout autre type de dommage intentionnel aux organes génitaux féminins (brûlure, grattage, perçage)

Mais cette pratique est encore largement répandue – 87% des femmes soudanaises âgées de 14 à 49 ans ont subi une forme ou une autre de MGF, selon l’ONU.
Et même si Maha travaille dans la capitale, Khartoum – qui n’a pas interdit la circoncision – elle a choisi de rentrer chez elle pour se faire opérer en secret chez une sage-femme.
Elle connaît la sage-femme, qui a accepté de faire l’opération pour un peu moins que les 5 000 livres soudanaises (environ 110 $ ou 64.815 FCFA) qui sont généralement facturées.

‘J’ai coupé quand j’avais besoin d’argent’

Dans de nombreuses cultures où la virginité avant le mariage est importante, les femmes choisissent de se faire opérer pour reconstruire leur hymen, une fine couche de tissu qui recouvre partiellement l’ouverture du vagin, pour cacher tout signe d’activité sexuelle passée.
Mais « l’hyménoplastie », comme on l’appelle, doit être pratiquée par un chirurgien et n’est pas très répandue au Soudan – et on me dit qu’une seule clinique ne l’offre qu’aux femmes mariées.
La meilleure option est donc de faire des coutures pour resserrer l’ouverture vaginale.
Certaines sages-femmes aiment aussi couper davantage les lèvres ou d’autres plis vaginaux pour  » ranger les choses  » pendant l’opération.
Le gynécologue Dr Sawsan Said, militant pour l’éradication des MGF au Soudan, déclare :  » tout changement dans les organes génitaux féminins est considéré comme une MGF, qu’il s’agisse de points de suture ou de piercing « .

Cependant, aucune de ces interventions ne peut être pratiquée dans les hôpitaux, même à Khartoum, car le Conseil médical soudanais ne le permet pas.
Il congédierait toute sage-femme surprise en train de le faire et confisquerait son matériel.
Pourtant, dans trois hôpitaux que j’ai visités, les sages-femmes étaient heureuses de m’offrir les différentes procédures.
L’une d’elles en a même parlé ouvertement devant d’autres infirmières et m’a montré les salles où elle pouvait être faite.

« Voulez-vous que je coupe une partie du clitoris ? Si vous ne voulez pas que je le touche, je ne le ferai pas… mais je vous rendrai parfait en coupant un peu les lèvres externes et en les cousant ensemble, » dit-elle.
Une autre sage-femme a dit qu’elle détestait le faire, mais qu’elle le faisait parfois parce qu’elle avait besoin d’argent.
« J’ai fait une infibulation l’autre jour à une jeune fille de 18 ans, qui a été violée par son cousin. Sa mère est venue ici et a pleuré, alors j’ai voulu les aider « , dit-elle.
« J’ai prêté serment à l’Initiative Saleema de ne plus jamais couper les femmes ou les filles, mais je le fais seulement de temps en temps parce que j’élève mes petits-enfants, dont la mère est décédée, et que je dois payer leurs frais de scolarité.
Le programme Saleema est un projet soutenu par l’ONU et lancé en 2008 pour mettre fin à la pratique des MGF au Soudan.

Nouvelle ère?

Mais il reste encore beaucoup à faire pour changer les attitudes, surtout dans une société conservatrice.
« J’aimerais que ma future femme soit vierge « , m’a dit un homme célibataire de Khartoum, en disant qu’il la soupçonnerait de le tromper si elle ne l’est pas.
C’est une attitude très courante au Soudan, où les hommes s’attendent à ce que les femmes soient « cousues ».

En Ouganda, la pratique des MGF a la peau dure

Pourtant, les militants anti-MGF espèrent que les choses vont changer étant donné que le mois dernier, le pays a abrogé une loi restrictive d’ordre public qui contrôlait la façon dont les femmes agissaient et s’habillaient en public, notamment en interdisant aux femmes de porter un pantalon.
Il a été mis en place au cours des presque 30 ans de règne d’Omar al-Bashir, qui a été destitué en tant que président lors d’un coup d’État plus tôt cette année après des manifestations de masse dans les rues.
En vertu de la loi sur l’ordre public, les autorités disposaient de pouvoirs étendus pour contrôler ce que portaient les femmes, à qui elles parlaient et voyaient, et tout emploi qu’elles pouvaient occuper – tout délinquant présumé étant puni par la flagellation, ou dans de rares cas par la lapidation et même par une exécution.

Nahid Toubia, fondatrice de l’initiative An Lan – un groupe de campagne pour éradiquer les MGF au Soudan – affirme que les jeunes femmes d’aujourd’hui sont « beaucoup plus avancées » que la génération de leurs parents.
« Elles sont en conflit – elles pensent qu’elles ont le droit d’avoir des relations sexuelles, mais elles doivent aussi faire des compromis en se faisant recoudre ou même en portant le hijab, » explique-t-elle.

Laissez votre commentaire ici !