« Célébrons le 8 mars autrement » au secours des déplacés internes

257

C’est l’heure du bilan pour les femmes du comité « célébrons le 08 mars autrement ». Réunies dans la matinée du 29 mai 2020 au Fespaco, elles ont fait le point des différents dons reçus au cours de ces trois derniers mois.

En célébrant le 8 mars autrement, elles ont pu collectés plus de 16 millions pour les personnes déplacées internes. Elles, ce sont les femmes de l’action « célébrons le 8 mars autrement ».

16 512 390 F CFA et des dons en nature ; c’est le bilan de la collecte du comité « célébrons le 08 autrement » à la date du 27 mai 2020. Lancée le 07 février dernier, la collecte visait à apporter une aide aux personnes déplacées internes. Renonçant aux festivités du 08 mars, les initiatrices du projet ont opté pour la sobriété en lançant une vaste campagne de collecte. « L’appel a reçu un écho très favorable auprès des Burkinabè de l’intérieur comme de l’extérieur et des amis du Burkina », explique Rita Sawadogo, présidente du comité. 

Composés pour la plupart de maïs, de riz, d’huile, de pâtes, de savons, de vêtements, de plats, les dons en nature ont été collectés dans les villes de Ouagadougou, de Bobo Dioulasso, de Banfora et de Djibo. La somme d’argent récoltée servira à l’achat de consommables qui seront ajoutés aux dons en nature.

Si l’on en croit les propos de Rita Sawadogo, présidente de l’initiative « célébrons le 08 mars autrement », les différents dons collectés seront repartis suivant les récentes statistiques du Conasur sur les différents sites de personnes déplacées internes. « Ainsi, la région du Centre-Nord recevra les 2/3 des dons collectés à Ouagadougou.  Le tiers restant sera partagé entre la province du Soum et la Boucle du Mouhoun. », a-t-elle poursuivi. 

La collecte de Bobo-Dioulasso servira de renfort à la Boucle du Mouhoun. Celle de Banfora sera donnée à la région des Cascades et au Sud-Ouest (Dano).

Rita Sawadogo (photo d’archive)

Une grande victoire pour les femmes du Burkina

Les initiatrices du mouvement « célébrons le 08 mars autrement » se disent satisfaites de l’impact de cette action. Selon elles, le fait que des femmes et des hommes ont compris et intégré que le 08 mars pouvait être célébrer autrement est une grande satisfaction. « Le plus important pour nous aujourd’hui, au-delà de la quantité des dons collectés, reste d’avoir créé un vaste mouvement autour de l’idée de célébrer le 08 mars autrement. Cela et une grande victoire pour les femmes du Burkina » souligne Rita Sawadogo.

Lancée le 07 février 2020, la collecte de dons devait prendre fin le 31 mars mais en raison de de la pandémie de coronavirus, l’activité a connu un ralentissement. Les femmes du mouvement « célébrons le 08 mars autrement », rappellent qu’elles restent disposées à continuer de recevoir d’éventuels dons pour les personnes déplacées internes. 

Faridah DICKO

Laissez votre commentaire ici !