Ailleurs sur le web

Népal : une femme élue présidente pour la première fois

Le Parlement du Népal a élu Bidhy Bhandary à la présidence du pays. La communiste devient la première femme à accéder à cette fonction. Bidhya Bhandary a été élue présidente de la République démocratique fédérale du Népal par le Parlement du pays. Celle qui est la vice-présidente du parti communiste népalais (marxiste-léniniste, unifié), devient ainsi la première femme à gouverner cette nation de 28 millions d’habitants. Cette ancienne ministre, en charge du portefeuille de la Défense a battu son concurrent Kul Bahadur Gurung à 327 voix contre 214.


Le Parlement du Népal a élu Bidhy Bhandary à la présidence du pays. La communiste devient la première femme à accéder à cette fonction. Bidhya Bhandary a été élue présidente de la République démocratique fédérale du Népal par le Parlement du pays. Celle qui est la vice-présidente du parti communiste népalais (marxiste-léniniste, unifié), devient ainsi la première femme à gouverner cette nation de 28 millions d’habitants. Cette ancienne ministre, en charge du portefeuille de la Défense a battu son concurrent Kul Bahadur Gurung à 327 voix contre 214.

Elle prend ainsi la succession de Ram Baran Yadav, qui est devenu en 2008,  le premier présidentélu dans le pays asiatique depuis la chute de la monarchie hindoue, qui régnait depuis plus de 200 ans. Bidhya Bhandary a une longue carrière politique à son actif qui a commencée à la fin des années 1970. A l’époque, elle faisait partie d’un syndicat étudiant de gauche. Dix ans plus tard, elle a intégré le Parti communiste et en est devenue une figure politique importante, après la mort de son mari, chef du parti d’extrême-gauche en 1993. L’année d’après, elle a été élue députée de Katmandu, capitale politique et religieuse du Népal.  « Certains pourraient dire qu’elle n’est pas la personne la plus féministe à devenir président », a déclaré Guna Raj Luitel, rédacteur en chef du quotidien népalais Nagarik Daily. « Mais elle est une femme célibataire (veuve et mère de deux enfants, ndlr) dans une société dominée par les hommes qui a fait un sacré parcours en politique et c’est assez louable », a-t-il ajouté.Lire la suite

L’Iran instaure des quotas anti-femmes dans la fonction publique

En Iran, l’égalité des sexes, ce n’est pas encore pour demain. Alors que les femmes sont déjà durement touchées par le chômage dans le pays, une nouvelle décision du gouvernement du président Hassan Rohani va d’autant plus aggraver la situation. Selon Courrier International qui a rapporté l’information cette semaine, il aurait en effet décidé d’instaurer des quotas qui permettent d’exclure la gent féminine dans le domaine de la fonction publique.


En Iran, l’égalité des sexes, ce n’est pas encore pour demain. Alors que les femmes sont déjà durement touchées par le chômage dans le pays, une nouvelle décision du gouvernement du président Hassan Rohani va d’autant plus aggraver la situation. Selon Courrier International qui a rapporté l’information cette semaine, il aurait en effet décidé d’instaurer des quotas qui permettent d’exclure la gent féminine dans le domaine de la fonction publique.

Le site révèle que sur tous les postes qui seront à pourvoir cette année à l’issu de l’examen du ministère de l’Education, seulement 10% seront attribués à des femmes. Et ce, peu importe les résultats. Comme le rapporte Al-Monitor, c’est à Téhéran que l’impact est le plus fort. Sur les 190 futurs emplois du ministère de l’Education, six à peine pourront revenir à des femmes.

Cette décision n’a pas été prise du jour au lendemain. On apprend qu’en février déjà, le responsable de la recherche du ministère avait fait des déclarations pour le moins aberrantes. Selon lui, la présence de femmes enseignantes dans les écoles élémentaires favoriserait le développement d’un « comportement féminin » chez les jeunes garçons.

Pas que dans l’éducation

Selon Al-Monitor, ce phénomène ne concernerait pas seulement le domaine de l’éducation. Un autre exemple a été observé il y a trois mois, lors d’un autre examen. Sur les 2800 postes disponibles au sein de 18 organisations gouvernementales, seulement 16 ont été créés pour des femmes, et 500 accessibles pour les deux sexes. Tous les autres étaient exclusivement réservés aux hommes.

​La vice-ministre iranienne de la Femme et des affaires familiales, Shahindokht Molaverdi, avait expliqué au cours d’une interview il y a quelques semaines qu’elle était en discussion avec les autorités pour revoir les quotas de genre. Dans un même temps, une déclaration contre les discriminations entre les sexes avait été signée par des centaines de militants pour les droits des femmes. Mais toutes ces actions ont malheureusement échoué.Lire la suite

Le discours du Président du Faso à la cérémonie d’hommage aux...

Une fois de plus, la Nation burkinabè est en deuil, frappée cette fois-ci de manière horrible et aveugle, par des attaques terroristes.En effet, le 15 janvier courant, à Ouagadougou, à l’Hôtel Splendide et au café Cappuccino, et près de Tin-Akoff, dans le secteur d’Ina Bao, dans l’Oudalan, des attaques terroristes d’une ampleur inédite ont plongé le Burkina Faso et le monde entier dans la consternation.


Une fois de plus, la Nation burkinabè est en deuil, frappée cette fois-ci de manière horrible et aveugle, par des attaques terroristes.En effet, le 15 janvier courant, à Ouagadougou, à l’Hôtel Splendide et au café Cappuccino, et près de Tin-Akoff, dans le secteur d’Ina Bao, dans l’Oudalan, des attaques terroristes d’une ampleur inédite ont plongé le Burkina Faso et le monde entier dans la consternation.

Au total, ces deux attaques terroristes auront fait 32 morts de 11 nationalités et 71 blessés auxquels nous souhaitons un prompt rétablissement.Au nom du Peuple burkinabè, et à mon nom personnel, je présente les condoléances de la Nation durement éprouvée à toutes les familles des victimes de ces drames.

Mesdames et Messieurs

Faut-il rappeler qu’au cours de ces derniers mois, le Burkina Faso a été éprouvé par des événements tragiques et sanglants qui ont infligé à notre pays de nombreuses pertes en vies humaines. Il en est ainsi de l’enlèvement d’un expatrié à Tambao, des attaques terroristes à Samorogoan, à Tin-Akoff, et à Ouagadougou.La dernière attaque terroriste n’a d’autre but que de semer la terreur et la panique, et d’empêcher les efforts de développement du Burkina Faso, dans la paix, la démocratie et la stabilité.

L’ampleur inégalée de ces actes criminels et aveugles, destinées à tuer des personnes innocentes, traduit la volonté des terroristes d’imposer leur loi à notre Peuple et de l’empêcher de construire son bonheur. C’est mal connaitre le Peuple burkinabè qui n’a jamais marchandé son honneur depuis la nuit des temps et ne s’est jamais plié ni résigné devant ses ennemis. Face à ce nouveau défi, il se mobilisera comme un seul homme pour opposer une défaite cinglante aux entreprises terroristes sur notre sol national.

En dépit de la grandeur de la douleur, nous ne devons céder à aucune pression. La vie humaine est sacrée pour être ôtée aussi sauvagement par des individus aux valeurs amorales d’une époque damnée. C’est pourquoi, nous devons montrer notre engagement déterminé et indéfectible à vivre dans un Burkina Faso de paix, de démocratie et de progrès économique et social.

Distinguées personnalités

Mesdames et Messieurs les Représentants des familles des victimes

Chers compatriotes

C’est au prix du sacrifice suprême que notre peuple a chèrement arraché et défendu jusque-là ses acquis démocratiques, à travers notamment, l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre 2014 et la résistance populaire contre le putsch du 16 septembre 2015. Avec la leçon de courage et de démocratie que notre peuple a montrée au monde entier, couronnée par le succès des élections présidentielle et législatives du 29 novembre 2015, le Peuple burkinabè est plus que jamais debout pour défendre son honneur et sa dignité et pour faire respecter son indépendance et sa liberté contre toutes les forces rétrogrades qui tenteraient de lui imposer leur diktat.

Pendant que nous pleurons les morts des attaques terroristes, des soldats récalcitrants de l’ex-RSP, nostalgiques d’un passé à jamais révolu ont attaqué le dépôt d’armes et de munitions de Yimdi, tandis que des individus non encore identifiés se livrent à des incendies dans des marchés et boutiques, montrant à souhait leur nature d’apatrides et d’ennemis jurés du Peuple burkinabè.C’est pourquoi, nous ferons preuve de fermeté vis-à-vis de ces sinistres individus sans foi ni loi.

Distinguées personnalités

Chers Compatriotes

Mesdames et Messieurs

En ces moments particulièrement difficiles pour la sécurité, la paix et la tranquillité publique, où nos ennemis extérieurs et intérieurs conjuguent leurs efforts pour plonger le pays dans les ténèbres, je voudrais inviter à la lucidité et au discernement dans le combat que nous devons mener et gagner contre les terroristes de tous bords.

Partout, sur l’ensemble du territoire national, j’invite les populations à se mobiliser, à s’organiser pour prêter mains fortes à nos forces de défense et de sécurité et à dénoncer immédiatement toute personne ou attitude suspecte à la police et à la gendarmerie.Chacune et chacun de nous, et tous ensemble, nous devons être les artisans de notre sécurité individuelle et collective.C’est le lieu pour moi d’adresser nos félicitations à nos populations et à nos forces de défense et de sécurité dont la bonne collaboration a permis de procéder à l’arrestation d’un certain nombre d’assaillants parmi les ex-RSP en fuite.

Mes félicitations vont également à l’endroit du personnel de santé dont le professionnalisme et le dévouement ont permis d’apporter l’assistance et les soins appropriés à tous les blessés des barbaries de ces derniers jours. Merci aux autorités coutumières et religieuses pour leur solidarité et leurs prières en faveur de la paix au Burkina Faso.

S’agissant du couple Elliot, ces deux otages australiens enlevés par des ravisseurs dans la nuit du 15 au 16 janvier courant à Djibo, je voudrais rassurer leurs familles, leurs proches ainsi que le gouvernement australien que tout est mis en œuvre, de concert avec nos pays voisins et amis du Mali, du Niger et nos partenaires étrangers pour les retrouver.

Pour clore mon propos, dois-je rappeler que le défi de la paix et de la sécurité que nous devons relever est grand. Ce sera une lutte de chaque instant. C’est pourquoi, nous devons construire un front uni et efficace au plan interne, sous-région al et international pour apporter la riposte appropriée à toutes les forces du mal qui veulent déstabiliser nos pays.

C’est en restant debout, déterminés, vigilants et sans aucune concession au terrorisme que nous rendrons le meilleur hommage à toutes celles et à tous ceux qui ont été fauchés si atrocement à la vie lors de ces attaques meurtrières.

Le Burkina Faso sortira encore vainqueur de ce combat, par la grâce de Dieu et la détermination de son Peuple.

Partout où les victimes seront inhumées, que la terre leur soit légère.

Que Dieu bénisse le Burkina Faso

JE VOUS REMERCIE !

Pesticides et pilule contraceptive, un cocktail dangereux pour les femmes

Des chercheurs français viennent de mettre au jour le processus moléculaire de l' »effet cocktail » lié à l’exposition aux perturbateurs endocriniens.Une enquête menée  par l’association générations futures,    parue en mars dernier, révélait que « la contamination des femmes en âge d’avoir des enfants est généralisée ».


Des chercheurs français viennent de mettre au jour le processus moléculaire de l' »effet cocktail » lié à l’exposition aux perturbateurs endocriniens.Une enquête menée  par l’association générations futures,    parue en mars dernier, révélait que « la contamination des femmes en âge d’avoir des enfants est généralisée ».

Ils sont partout autour de nous. Dans notre alimentation, à cause de l’usage des pesticides, dans les cosmétiques ou encore dans certains médicaments, comme la pilule contraceptive. Des substances polluantes provenant de l’activité humaine qui, lorsqu’elles sont mélangées, peuvent avoir de graves conséquences sur la santé. C’est justement le mécanisme de cet « effet cocktail » qui a été élucidé ne équipe de chercheurs français, dont les résultats seront publiés prochainement dans la revue Nature Communications.

Si la plupart du temps ces substances sont inoffensives lorsqu’elles sont absorbées de manière isolée, l’association de ces perturbateurs endocriniens a pour effet d’augmenter leur toxicité. Les conséquences ? Des altérations physiologiques ou métaboliques conduisant à des cancers, de l’obésité ou du diabète.

Œstrogènes et pesticides, un cocktail à haut risque

Mais ce mécanisme restait incompris jusqu’à maintenant. Des chercheurs de l’Inserm et du CNRS à Montpellier sont parvenus à décrypter au cours d’une expérience « in vitro », c’est-à-dire en dehors d’un organisme vivant, le processus moléculaire qui pourrait contribuer à l’effet.

Publicité