Le cancer se révèle être  l’une des premières causes de mortalité dans le monde. Selon l’Organisation mondiale de la santé, le cancer a fait  près de 84 millions de morts entre 2005 et 2015. Toujours selon l’OMS il pourrait y avoir 26,4 millions de nouveaux cas de cancers et plus de 17 millions de décès par an d’ici 2030. Au regard des conséquences désastreuses qu’entraine ce mal, la commission international a décrété la date du 4   février pour la lutte contre le cancer. L’objectif de cette journée est d’interpeller l’opinion publique à prendre conscience de l’importance du dépistage précoce pouvant conduire à une guérison du cancer.

Aucun pays n’est à l’abri du cancer. Si les pays du nord bénéficient de moyens pour détecter et traiter le cancer, les pays du sud ne sont pas forcément dans cette position. Au Burkina Faso, ce sont les femmes qui sont les plus touchées par le cancer. Le cancer de sein et le cancer de l’utérus sont respectivement les cancers qui frappent la femme burkinabè. Le Professeur Charlemagne Ouédraogo, gynécologue a déclaré en 2018 qu’ « il  y a environ 2000 cas par an de cancer qui sont déclarés par les hôpitaux au Burkina ». Le dépistage précoce s’avère être le meilleur moyen pour réduire l’avancée du cancer.

 Alors qu’est célébré aujourd’hui la journée mondiale contre le cancer, le message est d’inciter tout le monde à se faire dépister à temps pour pouvoir contrecarrer la maladie. Le docteur Aboubacar H Bambara, médecin cancérologue, au Centre hospitalier universitaire Yalgado Ouédraogo a une fois signifié que « les précautions à prendre, lorsqu’on a déjà 25 ans, c’est de pouvoir participer aux campagnes de dépistage du cancer du col de l’utérus. Le dépistage, c’est lorsque le patient est encore saint. Il est gratuit actuellement et il suffit de se rendre dans un centre de santé. Lorsque vous n’avez rien et que vous allez simplement vous faire dépister, vous avez des chances de vous en sortir. Mais lorsque vous restez à la maison jusqu’à ce que les signes apparaissent, en fonction de la gravité, on peut avoir des complications ». L’Etat Burkinabè conscient de ce défi a engagé dans la construction d’un centre de cancérologie à Ouagadougou qui permettra une meilleure prise en charge des malades  du cancer.

En cette journée où est commémorée la lutte contre le cancer, tous sont invités à se faire dépister pour prévenir ou même guérir le cancer selon le stade de la maladie constaté.

Marie sorgho

Laissez votre commentaire ici !