Le samedi 6 avril 2019, l’épouse du chef de l’État, Sika Kaboré a procédé à la pose de la première pierre du Centre autonome de radiothérapie pour le traitement du cancer à Ouagadougou. Prévu pour être fonctionnel dès mai 2020, ce centre permettra de prendre en charge 1500 patients par an.

C’est sur le site « A » du Centre Hospitalier Universitaire de Bogodogo que sera construit le centre autonome de radiothérapie pour le traitement du cancer au Burkina Faso. Le budget de la construction de ce centre est estimé à environs 7,7 milliards de franc CFA et est entièrement financé par le Quatar.

Selon Léonie LOUGUE/SORGHO, ministre de la santé ce centre sera doté d’un plateau technique de pointe pour prendre en charge tous les cas de cancer radiosensible. Elle a par ailleurs signifié que le centre  de radiothérapie devra respecter les normes de l’Agence internationale de l’énergie atomique

Lire aussi:73ème session de l’ONU : la nécessité de vaincre le cancer du col de l’utérus

Pour sa part, Sika KABORE a déclaré qu’avec ce centre, 1 500 patients par an pourront bénéficier d’un traitement complet au Burkina. Elle a par ailleurs souhaité qu’un certain nombre de patients soient pris en charge gratuitement dès l’achèvement de la construction du centre.  « Je voudrais profiter de cette occasion pour remercier l’émir du Qatar qui a bien accédé à la demande de notre chef d’État.» a-t-elle signifié

Lire aussi:Cancer: « Nous demandons la subvention des médicaments » , Rosalie Ziba, Présidente de l’AFAAC

La société chargée de la construction et de l’équipement du centre a un délai 14 mois pour réaliser le projet. Ledit centre devrait être fonctionnel dès mai 2020 et devrait permettre la prise en charge des patients dès sa finition.

Mary Sorgho

Laissez votre commentaire ici !