Burkina Faso : l’association Burkinabè pour le bien-être familial commémore ses 40 ans

176

Dans le cadre de la célébration de ses quarante ans, l’association Burkinabè pour le bien-être familial organise des journées portes ouvertes du vendredi 20 décembre au lundi 23 décembre 2019 à Ouagadougou.

Des journées portes ouvertes d’offre de service en matière de santé sexuelle de la reproduction et sur la planification familiale, c’est l’activité majeure qui marquera le quarantième anniversaire de l’ABBEF. A cela s’ajoute l’inauguration du centre d’écoute pour jeunes de Bobo Dioulasso, le lancement de l’initiative citoyenne africaine pour la mobilisation des ressources endogènes  dans le courant premier trimestre 2020 et l’organisation d’un camp socio-éducatif sous régional des jeunes de 10 à 24 ans prévue se dérouler entre aout et septembre 2020.

Le thème retenu pour la célébration de ce quarantième anniversaire est  « ABBEF, 40 ans au service des communautés : ravivons notre engagement en faveur d’un meilleur accès des jeunes au service santé sexuelle et de la reproduction de qualité adaptés à leur besoins » A en croire Windyam Kaboré, présidente nationale de l’ABBEF, le choix de ce thème se justifie par l’importance de la proportion de jeunes dans la population générale, leur vulnérabilité à la morbi-mortalité liée au VIH, aux avortements à risques et à la fécondité générale.

Au cours des 40 ans d’existence l’ABBEF a contribué à l’élaboration de la politique nationale de planification familiale en 1986, l’élaboration et l’adoption de la loi n° 49-2005/AN du 21 décembre portant santé de la reproduction de la reproduction aux cotés des parlementaires. « l’ABBEF a fortement contribué au plaidoyer pour l’amélioration de l’environnement politique, juridique et social à l’exercice du droit individuel et collectif en matière de santé sexuelle et de la reproduction a confié Windyam Kaboré, présidente nationale de l’ABBEF.

Boureihiman Ouédraogo, directeur exécutif de l’ABBEF.
Boureihiman Ouédraogo, directeur exécutif de l’ABBEF.

Nonobstant ces actions réalisées d’énormes défis restent à relever pour l’association. Les violences basées sur le genre, les grossesses non désirées, la mortalité maternelle et infantile les maladies sexuellement transmissibles comme le VIH restent des préoccupations demeurent des défis énormes pour l’ABBEF, a souligné Boureihiman Ouédraogo, directeur exécutif de l’ABBEF.

L’Association  Burkinabè pour le bien-être familial est une organisation nationale à but non lucratif, apolitique bénévole et non confessionnelle. Elle a été créée le 19 décembre 1979.

Publicités

Laissez votre commentaire ici !