Burkina Faso : La CODEL condamne le coup d’Etat

59

Dans un communiqué parvenu à notre rédaction, la Convention des Organisations non gouvernementales pour l’Observation Domestique des Élections (CODEL) condamne le putsch perpétré par le Mouvement patriotique pour la sauvegarde et la restauration (MPSR)exige le rétablissement de l’ordre constitutionnel normal et le retour à l’État de droit et demande la libération immédiate de toutes les personnes détenues.

 

Le 24 janvier 2022, notre peuple a suivi avec consternation sur la radiotélévision du Burkina une déclaration prononcée par un groupe de militaires mettant fin au pouvoir démocratique relancé au lendemain du 29 décembre 2016 et affermi par la réélection du président Roch Marc Christian Kaboré au terme du scrutin du 22 novembre 2020, à la suite de l’insurrection victorieuse des 30 et 31 octobre 2014.

Le Mouvement patriotique pour la sauvegarde et la restauration (MPSR) dirigé par le lieutenant-colonel Paul Henri Sandaogo DAMIBA assume ainsi le coup d’État, rompant brutalement l’État de droit démocratique que notre peuple construit laborieusement, courageusement, dans les contextes difficiles que nous imposent le terrorisme et le grand banditisme.

Cette rupture est marquée par l’annonce de :

-  la suspension de la Constitution,
-  la destitution du président Roch Marc Christian KABORE de ses fonctions,
-  la dissolution du Gouvernement et de l’Assemblée nationale.

Au regard de tout ce qui précède, la CODEL :

-  condamne le putsch,
-  exige le rétablissement de l’ordre constitutionnel normal et le retour à l’État de droit,

-  demande la libération immédiate des personnes détenues,
-  tient le MPSR responsable de l’intégrité physique du chef de l’État et de toutes les personnes détenues dans cette circonstance

-  rappelle que la place des militaires est dans les casernes au terme de la loi 019/2015 portant statut des militaires

-  invite la population à se démarquer du subjectivisme ambiant et de la violence pour qu’ensemble nous puissions vaincre les terroristes qui représentent notre principale préoccupation.

La CODEL tient à rappeler son attachement profond au principe de dialogue, gage de paix et de stabilité durable pour un retour imminent à l’État de droit.
Ouagadougou le 25 janvier 2022

Maitre Halidou OUEDRAOGO

Avocat à la Cour/ Président de la CODEL

https://queenmafa.net/wp-content/uploads/2018/04/Bannie%CC%80re-QUEEN_1000x150px.jpg

Laissez votre commentaire ici !