Burkina Faso :  10 femmes qui pourraient diriger la transition

 

Selon un  décret présidentiel signé par le capitaine Ibrahim Traoré, les forces vives du pays sont convoquées les 14 et 15 octobre  pour des assisses nationales. Des  assises nationales   qui  devront permettre d’adopter  non seulement une nouvelle Charte  de la transition, mais aussi de désigner un nouveau président civil ou militaire de la Transition. Depuis lors, les supputations  vont bon train  concernant  l’homme ou la femme  capable de conduire le pays des hommes intègres dans sa reconquête du territoire.  Pour certains, c’est une opportunité de voir enfin à la tête de l’État, une femme, comme Catherine Samba-Panza en Centrafrique, Sylvie Kinigi au Burundi,  Rose Francine Rogombé au Gabon ou encore Ruth Perry au Libéria. La rédaction de Queenmafa.net vous propose 10 femmes  fortes  qui pourraient conduire une transition exemplaire au Burkina Faso.

Joséphine Ouédraogo Guissou

Joséphine Ouédraogo

Parmi ces femmes qui pourraient diriger la transition, figure en bonne position, Joséphine Ouédraogo Guissou. L’on se souviendra qu’elle  était dans le trio  sélectionné pour diriger la transition après la chute de Blaise Compaoré en 2014, avec Michel Kafando et  Chérif Sy.

Si le Collège de désignation a fini par porter son choix sur Michel Kafando, elle  n’ a pas moins démérité. C’est d’ailleurs pour cette raison que le chef du Gouvernement de la transition lui fera appel pour   diriger le ministère  en charge de la Justice et  des Droits Humains. Ce qu’elle réussit avec brio. On lui attribue ce mérite d’avoir « déverrouillé »la justice  qui était  minée  par la corruption et des dysfonctionnements liés à l’emprise du politique.

La sociologue de formation a également  été ministre de l’Essor Familial et de la Solidarité nationale  sous la période révolutionnaire de septembre 1983 à octobre 1987.  Par la suite, elle  a travaillé à la Commission économique des Nations Unies pour l’Afrique (CEA) et à Enda-Tiers Monde jusqu’en septembre 2011. Après son passage au ministère de la Justice, elle a servi comme  ambassadeur du Burkina Faso en Italie de février 2017 à février 2022. 

A 74 ans, la  native de Koudougou  pourrait encore  apporter beaucoup au pays au regard de sa longue expérience dans le management de l’administration publique.

Hadizatou Rosine Sori Coulibaly

Queen Mafia

Son nom est revenu plusieurs fois lorsqu’il a été question de désigner un premier Ministre au Burkina Faso. Dans le dernier sondage  en ligne de l’Institut de recherche et de sondage Apidon (IRSOA), en vue de recueillir les attentes des internautes en ce qui concerne le choix des dirigeants et de la gouvernance pour la période de la transition, Rosine Sori Coulibaly  est  la seule femme citée par les internautes avec 4,36%.  Ce qui n’est pas insignifiant au regard au  contexte.

Elle jouit d’une bonne réputation auprès de l’opinion publique burkinabè après son passage à la tête du  ministère  de l’Économie, des Finances et du Développement du Burkina Faso de Janvier 2016 à Janvier 2019. Elle a été reconnue comme meilleure Ministre des Finances de l’Afrique de l’Ouest et du Centre en 2017 par l’Africa Performance Index (API).

Débarquée du gouvernement après son bras de fer avec les agents du ministère en charge sur la question du Fond commun,  elle a été désignée le 29 juillet 2019 par le secrétaire général de l’Organisation des Nations unies, Antonio Guterres, comme représentante spéciale pour la Guinée-Bissau et  chef du Bureau intégré des Nations unies pour la consolidation de la paix dans ce pays.

Elle reviendra dans le  dernier gouvernement de Roch Marc Kaboré comme  ministre des Affaires, une première au Burkina Faso.

Après le coup d’État de Janvier  qui a Conduit le lieutenant-colonel Damiba au pouvoir, elle fait partie des premières personnes qui ont eu le courage de dénoncer les dérives.  Elle finira par créer avec le Journaliste Abdoulaye Barry,son mouvement  dénommé, Mouvement Burkinabè unis pour la transformation sociale (BUTS) où elle a décrié  l’inconséquence et le manque de vision des dirigeants politiques à la tête de l’État, conduisant le Burkina à cette grave crise.

Saran Séré Sérémé 

Saran Séré Sérémé a été l’une des figures de l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre 2014. On se rappelle également  que le  1er novembre 2014, après la chute du régime Blaise Compaoré , elle a été drainée par des jeunes à la télévision nationale du Burkina pour se proclamer présidente de la Transition.

Icône de la lutte pour la démocratie au Burkina Faso, elle a été nommée le 27 septembre 2017 à la tête du Médiateur du Faso, une institution chargée du renforcement de la cohésion sociale et du vivre-ensemble. Elle finira par démissionner le 21 septembre 2021, pour convenance personnelle. Depuis lors, elle n’a cessé de dénoncer la léthargie des dirigeants face  aux multiples attaques que connaît le pays.  

Suite à l’attaque d’un convoi de ravitaillement non loin du village Gaskindé à destination de Djibo, , l’ex médiateur du Faso n’a pas manqué d’exprimer sa colère, révoltée par « l ’insouciance et le silence des burkinabè face à ce drame ».

Juliette Bonkoungou

Juliette Bonkoungou née Yaméogo, née en 1954  est l’une des premières femmes à créer un parti politique au Burkina Faso à savoir  l’Union des Sociaux Démocrates du Burkina (UDS) qui fusionnera en 1996 avec neuf autres partis pour former le Congrès pour la démocratie et le progrès ( CDP) .

Magistrate de formation,  elle  a occupé  des postes ministériels de 1991 à  1997, avant d’être  nommée présidente du Conseil Économique et Social (CES) . Elle est la seconde femme à avoir  la plus longue longévité en tant que ministre au Burkina Faso, derrière Alice Tiendrébéogo-Kaboret.

En  2003,  elle est nommée   ambassadrice du Burkina Faso au Canada. Elle occupera ce poste jusqu’en 2012. . Ces proches la qualifient de femme modérée et rassembleur, des qualités qu’elle pourrait  mettre à la disposition de pays pour une transition paisible, en plus de sa longue expérience dans la gestion de l’administration publique.

Alima Déborah Traoré/Diallo

Médiateur du Faso de 2011 à 2017, Alima Déborah Traoré/Diallo est une femme appréciée pour son sens du travail et son tempérament modéré.

  Elle a occupé les postes de conseiller économique à la représentation diplomatique du Burkina Faso au Mali et chargée de programmes à la Coordination du système des Nations unies au Burkina. Elle a également dirigé l’Association des Femmes juristes du Burkina. 

Fatimata Sanou/Touré

Née le 4 décembre 1967, Fatimata Sanou/Touré est l’actuel Médiateur du Faso.  Magistrat de formation, elle est engagée dans la défense et la promotion des Droits humains en Afrique. A ce titre, elle a été élue présidente de l’Association des Femmes Juristes du Burkina Faso (2013 à 2017) et Vice-présidente de la Fondation pour l’étude et la promotion des Droits de l’Homme en Afrique (FEPDHA).

Elle a également participé à la rédaction de l’avant-projet de constitution de la cinquième république du Burkina Faso (2017), en qualité de commissaire représentant les associations féminines et rapporteur adjointe de ladite commission.

Elle exerçait depuis octobre 2015, la fonction de présidente de Chambre à la Cour d’Appel de Ouagadougou.

Martine yabré

Activiste pour la promotion de la citoyenneté au Burkina Faso, Martine Yabré est la Coordinatrice  actuelle du Cadre de concertation des organisations et acteurs intervenants sur le genre . Féministe engagée pour la cause de la femme,  elle   a contribué à l’élaboration de la stratégie nationale genre et son plan de communication. Elle est sur tous les fronts concernant l’amélioration de la condition féminine, notamment la participation des femmes à la gouvernance politique.

Membre fondatrice de la coalition femme paix et sécurité du Burkina Faso,  Martine Yabré  conduit actuellement  une vaste campagne de sensibilisation digitale sur la cohésion sociale et le vivre ensemble.

Salimata Nébié Conombo

Ministre du Genre et de la Famille sous Damiba, Salimata Nébié/Conombo est une fervente militante des droits humains. En tant que  secrétaire générale de Think Tank Burkina International, elle s’est illustrée positivement dans son combat pour la paix au Burkina Faso et ses initiatives en faveur des personnes déplacées internes en particulier les femmes.  Elle n’ a pas hésité une fois ministre, au côté de ses sœurs des organisations féminines pour mener des actions en faveur de la paix et la sécurité au Burkina Faso. On lui attribue la paternité de la création de la direction générale Femmes, Paix et Sécurité au sein du ministère en charge de la Famille.

Salimata est aussi une ancienne stagiaire de l’École de maintien de la Paix à Bamako au Mali ou elle fait des études de programme spécifique à la paix, à la sécurité et la gouvernance sécuritaire.

Derrière sa  douceur et son tempérament modéré, se cache un femme ferme dans ses décisions et mordue du travail . Son expérience  dans la gestion en tant que ministre est un atout pour diriger une transition au Burkina Faso .

Nestorine Sangaré

S’il  y a actuellement une femme qui fait beaucoup parler d’elle , c’est bien Nestorine Sangaré. Engagée depuis quelques années dans l’éducation sexuelle des jeunes à travers l’initiative « Ecole de la vie »,  elle a réussi  à renforcer son capital de sympathie  en s’engageant personnellement dans  l’affaire SITARAIL. Ancienne ministre de la Promotion de la femme et du genre de 2011 à 2014, Nestorine est également  la fondatrice du  Centre de Recherche et d’Intervention en Genre et Développement (CRIGED) en 2007.

 Elle a également  enseigné au département Communication et Journalisme à l’Université Joseph Ki-Zerbo,  entre 2002 à 2017.

Yéli Monique Kam

Présidente du Mouvement pour la Renaissance du Burkina Faso (MRB), Yéli Monique Kam a été candidate à l’élection présidentielle de 2020. En 2018, elle a lancé sa propre entreprise, une société de courtage d’assurance. Surnomée la yennenga de l’éducation, elle a lancé en juillet 2022 le mouvement M30 Naaba Wobgo dont l’objectif est la lutte pour la rupture des accords de coopération avec la France. On se souviendra aussi qu’elle a claqué la porte à la majorité pour demander la démission de Roch Marc Kaboré, ne supportant pas l’impuissance des dirigeants face aux multiples attaques.  

La rédaction de Queenmafa.net

https://queenmafa.net/wp-content/uploads/2018/04/Bannie%CC%80re-QUEEN_1000x150px.jpg

Laissez votre commentaire ici !